Faits divers

Affaire Maëlys : la fillette a eu la mâchoire fracturée d’après de nouvelles révélations

De nouvelles révélations après l’autopsie de la petite Maëlys révèlent des indices troublants sur les circonstances de sa mort.

STORY - Episode 2/87

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Maëlys

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Il y a un mois quasiment jour pour jour, Nordahl Lelandais, le principal suspect dans l’affaire du meurtre de la petite Maëlys, avouait son crime et l’endroit où il avait déposé le corps de la fillette. Depuis cette découverte essentielle, les médecins légiste de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie (IRCGN) ont commencé à analyser les restes de Maëlys.

Des traces de violence mises en évidence

Les légistes ont découvert que la fillette avait eu la mâchoire fracturée en raison d’un choc très violent. Ils ne savent toutefois pas si cette blessure remonte à avant ou après la mort de la fillette, son corps ayant été jeté sans ménagement dans un fossé. Mais les médecins attendent encore le résultat des analyses menées sur les vêtements de la fillette, qui ont été découverts roulés en boule à côté de son corps.

Ces analyses sont toutefois rendues très difficiles par les conditions de dégradation du corps et des vêtements, qui ont été exposés à de violentes intempéries pendant ce rude hiver. Ce sont en particulier la brassière et la culotte de la fillette, découverts à côté de ses ossements, qui intéressent le plus enquêteurs. Celle-ci aurait en effet été déshabillée au moment de sa mort.

Pendant ce temps, si Nordahl Lelandais s’est terré dans le silence, au grand damne des famille des victimes, son entourage s’est quant à lui livré sur la personnalité trouble du tueur. Depuis son frère, qui n’arrive pas à croire en sa culpabilité, jusqu’à d’anciens amis qui le qualifient de monstre, ces témoignages dressent le portrait d’un individu complexe et pervers.

Un nouveau témoignage sur la personnalité de Lelandais

Un ancien ami de Nordahl Lelandais s’est récemment exprimé sur BFMTV et apporte un éclairage intéressant sur sa personnalité. Ce dénommé Dylan affirme ainsi que celui-ci n’était pas très apprécié de son entourage, et était notamment connu pour son comportement impulsif et “lourd”.

C’était un squatteur, un vagabond. Il s’agrippait à tous les groupes. C’était un peu la pièce rapportée. Dans la soirée, c’était un peu l’ami rapporté par un autre ami.

Cet homme de 35 ans décrit également un homme semblant ne pas connaître ses propres limites, et qui dissimulait derrière une fragile façade de normalité un comportement en réalité pervers.

Nordahl, c’était Nono, Nono jusqu’à devenir Nono le barjot. C’était tout le temps Nordahl à faire la bêtise de trop, à aller un peu trop loin, à faire la blague de trop. Il ne connaissait pas trop ses limites, il ne savait pas trop s’arrêter. C’était un peu lourd.

Selon Dylan, Nordahl Lelandais était également très “lourd” avec les femmes. Il n’était toutefois pas connu pour avoir eu des comportements déplacés envers des enfants, malgré la découverte récente de ses visites sur des sites pédopornographiques.

Publié le mercredi 14 mars 2018 à 10:01, modifications mercredi 14 mars 2018 à 9:46

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct