Faits divers

Affaire Fiona : Cécile Bourgeon libre le 10 janvier prochain ?

La justice a reporté au 10 janvier 2017 l’examen d’une demande de remise en liberté de la mère de la petite Fiona. En cause, un délai provoqué par le dépôt par ses avocats de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC).

STORY - Episode 5/9

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Fiona

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

La mère de Fiona sortira t-elle de prison le 10 janvier ?

Malgré l’appel du parquet, la mère de Fiona demande sa remise en liberté après avoir été condamnée fin novembre à cinq ans de prison. Les motifs invoqués : non-assistance à personne en danger et recel de cadavre dans le meurtre de sa fille. Elle avait été partiellement acquittée du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Et quant à son ancien compagnon, il avait écopé d’une peine de 20 ans de réclusion criminelle pour ces faits.

Cécile Bourgeon n’a pas été fixée sur son sort mardi 27 décembre 2016 comme le rapportent nos confrères de Marianne. En effet, la justice a reporté au 10 janvier l’examen de sa demande de remise en liberté. En cause, un délai provoqué par le dépôt par ses avocats de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC). Ces QPC ont été mises en délibéré au 3 janvier précise BFM TV.

Les QPC concernent la question de la détention provisoire aujourd’hui, à savoir si elle est conforme aux principes constitutionnels que sont le principe d’égalité et le délai raisonnable.

a précisé son conseil Maitre Renaud Portejoie et cité par Marianne. Son avocat Renaud Portejoie avait réagi ainsi sur France info :

Si le parquet général n’avait pas relevé appel de la décision criminelle, Cécile Bourgeon serait d’ores et déjà libre.

Mais l’avocat du père biologique de Fiona était contre une remise en liberté :

Son acquittement partiel n’est pas définitif. Et lorsque l’on ment tout le temps pendant l’instruction, que l’on a manipulé la population, les enquêteurs, les juges, les journalistes, on veut encore manipuler la chambre de l’instruction et peut-être à nouveau les jurés de la Cour d’assises. C’est dangereux.

Par ailleurs, selon les informations de Midi Libre, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf seront rejugés en appel dans une autre juridiction, en 2017, à une date qui n’a pas pour l’heure été fixée.

Publié le mercredi 28 décembre 2016 à 17:08, modifications mercredi 2 août 2017 à 10:57

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vidéos relatives

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top