Actualité

Evadés de la prison de Colmar : Les deux fugitifs arrêtés à Roubaix

Les deux frères ont été interpellés à Roubaix après leur évasion de la prison de Colmar. Ils auraient été aidés par leur père et leur soeur.

Deux frères d’une trentaine d’années et incarcérés à la prison de Colmar dans le Haut-Rhin s’étaient évadés dans la nuit de dimanche 29 à lundi 30 juillet. Ils avaient pris la fuite par les toits, avant d’en descendre grâce à des draps noués. Et de s’enfuir à pied par la rue. Or, leur cavale a pris fin mardi 31 juillet. En effet, les deux détenus ont été arrêtés à Roubaix, dans le Nord. Ils avaient été pris en chasse par les enquêteurs de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

Les deux évadés ont été interpellés avec deux complices à Roubaix en fin d’après-midi.

A annoncé Christian de Rocquigny du Fayel, le procureur de la République de Colmar. Par ailleurs, il a précisé que les fugitifs n’étaient pas armés. Et, ils ont été interpellés « sans violence particulière ».

Le père et la sœur complices

La police judiciaire de Lille, informée par un tiers, soupçonnait le père des deux hommes les avoir aidés dans leur fuite. Ainsi, selon BFMTV, c’est en le pistant que les enquêteurs ont retrouvé les deux fugitifs. Ils les ont interpellés dans la maison de leur sœur. Les deux évadés ainsi que leur père et leur sœur ont été placés en garde à vue.  Selon une source policière et citée par BFMTV, leur arrestation « fait suite à un travail d’équipe classique en cas d’évasion, à la fois de surveillance physique et technique ».

L’enquête administrative reste d’actualité malgré l’arrestation.

A indiqué la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Cette enquête devra notamment expliquer pourquoi l’alarme située sur le toit de l’établissement pénitentiaire n’a pas fonctionné au moment de l’évasion. Pour rappel, les deux détenus, originaires des pays de l’Est et condamnés pour des faits de vols aggravés, avaient percé le plafond de leur cellule commune. Or, ce n’est pas la première fois que des détenus s’échappent en perçant le plafond de leur cellule à Colmar. En 2013, trois détenus avaient réussi la même opération, la nuit de la Saint-Sylvestre. Et, une nouvelle tentative avait été déjouée quelques semaines plus tard.

Enfin, selon l’administration pénitentiaire, la maison d’arrêt de Colmar, située en plein centre-ville touristique, comptait 166 détenus au 1er juillet 2018. Or, elle n’est prévue que pour 120 places opérationnelles. Sa fermeture a déjà été actée.

Publié le mercredi 1 août 2018 à 10:21, modifications mercredi 1 août 2018 à 9:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !