Elle simule un cancer et récolte 23 000 euros de dons

Mary Bennett, une américaine de de 29 ans, s'est inventée un faux cancer des ovaires. Son histoire a ému de nombreux internautes qui n'ont pas hésité à lui venir en aide. Et pourtant, elle a mené une vie tranquille et a reçu des dons allant jusqu'à 23 000 euros avant que la justice la rattrape.

De nombreux internautes ne sont pas restés insensibles à l’histoire émouvante de Mary Bennett, une infirmière de 29 ans et en fin de vie. Elle s’est dite atteinte d’un cancer des ovaires de niveau 4 et que le temps lui était désormais compté. Sur son compte Facebook, la jeune femme originaire de Géorgie (Etats-Unis), racontait son calvaire et expliquait qu’elle avait subi une chimiothérapie. Elle n’a pas hésité à se raser les cheveux pour rendre son histoire plus crédible.

Elle est allée loin dans le vice. Elle a dressé une liste de vœux qu’elle voulait exaucer avant de partir en paix. Saut en parachute, montgolfière, voyage à La Nouvelle Orléans, soirée à l’opéra, parties de pêche dans le golfe du Mexique, séjour dans un hôtel de luxe, voyage à Los Angeles : Mary Bennett ne s’est rien refusé. Les internautes ne sont pas restés insensibles à sa tragédie. Mary a ainsi récolté des dons, l’équivalent de 25.000 dollars (23 000 euros) en voyages, cadeaux et espèces. Elle a mené une belle vie pendant près de six ans et a vécu chaque jour comme si c’était le dernier.

Lors d’un match de baseball auquel elle était conviée, les joueurs de l’équipe lui ont signé une carte. Un restaurant a même organisé une soirée caritative dont les bénéfices ont été reversés à Mary soit près de 4.000 euros.

Je n’arrive pas à croire que quelqu’un ait pu mentir sur un sujet aussi grave que le cancer alors que des milliers de personnes en souffrent.

A déploré l’organisateur qui a porté plainte.

Mary est poursuivie pour vol, faux et usage de faux (son dossier médical avait été également trafiqué), comme le rapportait la chaîne de télévision locale Fox 5.

Elle a abusé de la bienveillance de cette communauté.

A déclaré le shérif local au Journal d’Atlanta. Mary n’a pas réagi. Après avoir vécu dans une cage dorée, elle risque de finir derrière les barreaux.

Modifié : 27 janvier 2016 16 h 05 min

Ce site utilise des cookies.