Actualité

DIRECT. Prise d’otages dans l’Aude : l’auteur des attaques neutralisé

Ce vendredi 23 mars, au matin, un homme a pris en otage plusieurs personnes dans un supermarché de Trèbes, ville de 5000 habitants, près de Carcassonne. Plus tôt, un policier avait été blessé dans les alentours.

Policier blessé et prise d’otage

A 10h35 – L’auteur des attaques a d’abord volé une voiture, ce matin à Carcassonne. Il a tué par balle le passager et blessé le conducteur avant de s’emparer du véhicule.

Quelques minutes plus tard, à bord de la voiture volée, il tire sur un CRS qui rentrait d’un footing avec trois collègues. L’homme a tiré au moins cinq coups de feu avant de prendre la fuite. Le CRS, blessé à l’épaule, a reçu les premiers soins par ses collègues avant d’être transporté à l’hôpital. Le policier a deux côtes cassées et un poumon perforé mais serait dans un état stable.

A 11h15 – Peu après, l’homme a“pénétre dans ce supermarché Super U et des coups de feu ont été entendus”, a précisé une source à l’AFP. La préfecture de l’Aude a annoncé sur Twitter que ce secteur “était interdit”, demandant à la population de “ne pas diffuser de fausses informations” et de “faciliter l’accès aux forces de l’ordre”.

Le preneur d’otage se réclame de Daech

Selon le parquet de Carcassonne, l’homme se réclame du groupe terroriste État islamique.

Le premier ministre Edouard Philippe évoque une situation «sérieuse». Les policiers sont en cours d’intervention sur la prise d’otages, informe le ministère de l’Intérieur sur son compte Twitter, incitant la population à ce pas diffuser de rumeurs.

Pour Edouard Philippe, tout porte à croire qu’il s’agit d’un acte terroriste, comme il l’exprime dans cette courte interview à BFM TV.

La section antiterroriste du parquet de Paris saisie

Le parquet de Carcassonne s’est dessaisi de l’affaire au profit de la section antiterroriste du parquet de Paris, annonce le parquet de Paris à l’AFP.

D’après Le Figaro, trois hélicoptères de gendarmerie seraient mobilisés, ainsi que l’antenne GIGN de Toulouse, l’office central Sattori et le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie nationale de Narbonne.

Selon un témoin présent sur place, l’homme qui est entré dans le supermarché autour de 11h15 au cri d’«Allah Akbar» serait armé de couteaux, d’une arme de poing et de grenades.

Selon les informations de LCI, le preneur d’otages se dit « prêt à mourir pour la Syrie ». Il aurait, par ailleurs, réclamé la libération de Salah Abdeslam.

 Le ministre de l’Intérieur se rend à Trèbes

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a déclaré faire «un point de situation» avec les «forces de sécurité» depuis l’École nationale Supérieure de Police où il était en déplacement ce vendredi matin, puis moins de dix minutes plus tard, il a annoncé qu’il se rendait “immédiatement sur les lieux”. Gérard Collomb annule tous ses autres déplacements.

Une à deux personnes tuées par balles

Selon les sources de l’AFP, une ou deux personnes auraient été touchées. Un des employés du supermarché serait décédé. Nous sommes en attente d’information quand à la deuxième personne.

«On a malheureusement une présomption de décès, mais on ne peut pas faire venir de médecin sur place pour le vérifier», a déclaré à l’AFP le général Jean-Valéry Letterman, qui commande l’ex-région de Languedoc-Roussillon.

La prise d’otage serait toujours en cours selon un témoin sur place.

Cellule d’information

La préfecture de l’Aude met en place une cellule d’informations

Toute personne “impactée par les événements en cours” peuvent appeler cette cellule au 04.68.10.29.00, a indiqué la préfecture de l’Aude sur Twitter.

80 pompiers, des médecins et des négociateurs sont sur place

Au sein de la zone de prise d’otage bouclée par la gendarmerie, où le PSIG (Peloton de sécurité et d’intervention de la gendarmerie) intervient avec le GIGN, la Sécurité civile est également mobilisée : 80 pompiers et équipes médicales sont sur place, avec deux hélicoptères pour les évacuations médicales éventuelles. Des experts en négociation du GIGN sont également en phase de discussion avec le preneur d’otages.

La voiture de l’homme qui a tiré sur des CRS retrouvée

La voiture de l’homme qui a tiré sur les quatre CRS ce matin à Carcassonne a été retrouvée sur le parking du supermarché de Trèbes, ce qui indique que les deux affaires pourraient être liées.

Preneur d’otages fiché

Le preneur d’otages serait connu des services de renseignements, il serait fiché pour tendance à la radicalisation religieuse. La question de savoir comment cet individu s’est procuré une arme est soulevée.

Selon nos informations, l’homme soupçonné d’être le preneur d’otages à Trèbes est connu pour des faits mineurs. Il avait été condamné pour port d’arme.

Emmanuel Macron à Bruxelles

Le président de la République Emmanuel Macron a affirmé depuis Bruxelles, juste avant le dénouement de la prise d’otage à Trèbes dans l’Aude, que “tout porte à croire qu’il s’agit d’une attaque terroriste” et qu’il serait à Paris dans les prochaines heures.

Il s’agit d’une attaque terroriste qui continue à se dérouler. Les forces de l’ordre sont intervenues de manière rapide et coordonnée après l’attaque dont ont été victimes des CRS. Je ne dresserai à cette heure aucun bilan officiel. Le procureur de Paris donnera dès que possible tous les éléments relatifs au début de cette enquête.

Déclaration depuis Bruxelles.

LIVE | Déclaration conjointe avec Angela Merkel depuis Bruxelles.

Publié par Emmanuel Macron sur vendredi 23 mars 2018

Le preneur d’otage a été abattu

A 14h30 – L’assaut a été donné par les forces de l’ordre contre le preneur d’otages retranché dans le supermarché de Trèbes. Le terroriste a été abattu.

Trois gendarmes blessés au cours de la prise d’otages et de l’assaut

Âgé de 45 ans, un gendarme s’est volontairement constitué prisonnier à la place d’une femme retenue en otage au Super U de Trèbes. C’est un officier en local du groupement de gendarmerie de l’Aude. Ce militaire a été blessé au cours de la prise d’otages. À ce stade, on ignore encore son état de santé. En plus de lui, deux autres militaires de l’antenne GIGN de Toulouse ont été blessés au cours de l’assaut, selon une source issue de la gendarmerie.

Publié le vendredi 23 mars 2018 à 13:31, modifications vendredi 23 mars 2018 à 16:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct