Actualité

La dernière volonté de Monseigneur Di Falco ne sera pas respectée

TRIBUNE

Après avoir développé le sanctuaire de Notre-Dame-du-Laus, Monseigneur di Falco Léandri, évêque de Gap et d’Embrun, souhaitait s’y faire inhumer le moment venu. Mais le célèbre prélat s’est vu opposer une fin de non-recevoir par le conseil municipal du village.

À la fin de l’année 2015, Monseigneur Jean-Michel Di Falco avait fait parvenir une lettre au maire de Saint-Étienne le Laus, Dominique Bonjour, afin de demander l’autorisation pour la rénovation du caveau de Monseigneur Depéry, mort à Gap en 1861 et inhumé au Laus. Une autorisation avait été accordée. Le 17 février 2016, Monseigneur di Falco avait envoyé un nouveau courrier en mairie de Saint-Étienne le Laus pour évoquer la bonne tenue des travaux et remercier la municipalité. Puis, dans la fin de cette lettre, le fondateur du groupe ‘Les Prêtres’ évoque son propre enterrement à Notre-Dame du Laus.

Suite aux démarches faites auprès du Ministère de l’Intérieur, j’ai reçu l’accord pour être inhumé dans la basilique de Notre-Dame du Laus. Cette dernière se situant sur le territoire de votre commune, je me permets également de demander votre aval pour cela.

Le 4 mars 2016, cette demande de Monseigneur di Falco apparaît donc à l’ordre du jour du Conseil Municipal. Et les élus… refusent. Selon nos informations, quatre conseillers étaient contre, deux conseillers étaient pour et cinq se sont abstenus. Le maire ajoute avec ironie :

S’il veut se faire enterrer dans la commune, il y habite cinq ans et pas de problème.

Dans une interview, l’homme de Dieu explique :

J’ai en effet exprimé le souhait d’être inhumé dans la basilique de Notre-Dame-du-Laus dans le caveau déjà existant de l’un de mes prédécesseurs, Monseigneur Depéry. La tradition veut que l’évêque soit inhumé dans sa Cathédrale. J’espère, si Dieu le veut, vivre encore quelques années et d’ici là, il y aura peut-être une autre municipalité plus accueillante à la dépouille mortelle bien inoffensive d’un ancien évêque […] Il n’y a pas grand-chose à faire face à la mesquinerie …

Publié le lundi 12 septembre 2016 à 11:15, modifications lundi 12 septembre 2016 à 9:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !