Actualité

Un député LR achète de la drogue sur Internet

Pour prouver la facilité de se procurer de la drogue, un député LR a mené une enquête en achetant lui-même de la drogue sur le Darknet.

Pour dénoncer la facilité avec laquelle on trouve de la drogue de nos jours, le député LR Bernard Debré s’est lui-même fait livrer plusieurs produits stupéfiants. Le député part en guerre contre la facilité de procuration de drogues sur Internet. Avec l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, le médecin et député a mené une enquête. Une investigation qu’il a racontée sur le plateau de LCI, accompagné d’un journaliste de l’hebdomadaire et de Serge Lebigot, président de l’association Parents contre la drogue.

Il raconte comment il a acheté de la drogue avec ses complices sur le Darknet, un réseau secret :

On va cliquer sur un site aux Pays-Bas et on va acheter de la drogue. On paye avec la carte bleue et puis ça arrive par la Poste, avec un timbre hollandais. Deux enveloppes en plastiques pour éviter les odeurs et les chiens renifleurs. Vous avez un supermarché de tout. Vous avez des kalachnikovs, du TNT, des faux billets, des organes à greffer. On avait mis un faux nom, une adresse différente. On paie en bitcoin, c’est une monnaie un peu fantôme aussi.

Pour marquer les esprits, Bernard Debré est venu à l’Assemblée Nationale avec l’ensemble des drogues achetées.

Sur mon bureau de l’Assemblée, il y avait de la cocaïne, des champignons hallucinogènes, de la marijuana.

Mardi 21 juin, il avait déjà interpellé l’Assemblée face à un constat devenu quotidien.

Je demande que soit mis en place un véritable programme de lutte contre le trafic au sein de l’Union Européenne. La mission d’information parlementaire dont je réclame la création permettra de dresser un état exact de la situation et de dégager des propositions fortes. Que l’on puisse en quelques jours, se voir livrer des stupéfiants chez soi interdits à la vente et à la consommation, et pour certains d’une extrême dangerosité, doit entraîner une véritable prise de conscience au niveau national, mais aussi le déclenchement d’une lutte sans merci du gouvernement contre ce phénomène menaçant, si rien n’est fait, de transformer Internet en premier supermarché de la drogue accessible.

Il souhaite également en finir avec le bitcoin, une monnaie virtuelle garantissant l’anonymat dans notre pays. Des paroles défendues par le ministre de l’Interieur, Bernard Cazeneuve :

A l’office des stupéfiants, les policiers français ont été formés comme cyber patrouilleurs et ont reçu l’autorisation du parquet de Paris pour se rendre sur les sites qui peuvent proposer ces produits.

 

Publié le jeudi 30 juin 2016 à 10:13, modifications jeudi 30 juin 2016 à 11:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !