Actualité

Denis Baupin : De nouveaux témoignages l’accablent

France Inter et Mediapart ont recueilli le témoignage de cinq nouvelles femmes qui dénoncent le harcèlement dont elles auraient été victimes entre 1997 et 2014.

L’affaire de harcèlement sexuel révélée au grand public le 9 mai dernier par Mediapart et France Inter connaît un nouveau coup de théâtre.

En effet, ce lundi 30 mai, dans sa matinale, France Inter a annoncé que cinq nouvelles femmes avaient souhaité témoigner contre Denis Baupin, pour des faits d’agressions sexuelles qui se seraient déroulés entre 1997 et 2014.

Ces nouveaux témoignages viennent donc s’ajouter aux huit précédentes plaintes.

Parmi eux, se trouve le récit de Geneviève Zdrojewski, l’ancienne chef de cabinet qui a collaboré avec le député écologiste à partir de 1997. Elle raconte :

A deux reprises monsieur Denis Baupin m’a sexuellement agressée. Une fois j’étais dans mon bureau (…) il est entré de façon tout à fait inattendue et s’est jeté sur moi. Donc je me suis mise à crier, il m’a dit ‘arrête de crier ta secrétaire va nous entendre’. Donc il est sorti. Et une deuxième fois il a essayé de m’agresser sexuellement dans les lavabos (…) c’est très humiliant.

Une autre dirigeante écologiste aurait subi les assauts de Denis Baupin dans la même période et l’aurait laissée traumatisée :

Il me faisait du pied. Il a même enlevé sa chaussure pour atteindre mon entrejambe (…) Puis dans son bureau, c’est une pieuvre qui m’a sauté dessus. Il a essayé de m’embrasser par tous les moyens. Je me suis débattue…

En quittant le bureau elle a rencontré un dirigeant du parti et membre du bureau exécutif, Jean-Claude Biau. Celui-ci a confirmé les dires de la jeune femme :

Nous avons vu arriver une des membres du collège exécutif, une de nos collègues, en nous demandant de la protéger des avances de Denis Baupin, elle était très émotionnée et en pleurs. Denis Baupin lorsqu’il nous a vu est vite retourné dans son bureau.

A-t-il expliqué en décrivant « une attitude assez constante » du cadre écologiste.

Les trois autres femmes qui ont dit être les victimes du député de Paris sont :

  • Laurence Mermet, ancienne attachée de presse et ancienne collègue de Denis Baupin à la Mairie de Paris, alors qu’il est Maire Adjoint de Bertrand Delanoë en charge du transport, du développement durable, de l’environnement et du Plan Climat,
  • Une jeune écologiste qui avait milité pendant la campagne des législatives de 2012 à Paris,
  • Une jeune journaliste de radio qui avait interviewé le mari d’Emmanuelle Cosse en 2014.

Toutes les cinq racontent les gestes ou propos déplacés du député, qui les ont aussi bien choquées que marquées et surtout qui les ont contraintes à se défendre avec vigueur.

Mediapart et France Inter avaient proposé à Denis Baupin de recueillir sa version des faits présumés d’agressions sexuelles portés à son encontre. Si le député a d’abord accepté, il a tenu à fixer certaines conditions, exigeant notamment que certains de ses propos ne puissent pas être rendus publics.

Les journalistes ayant refusé les termes de ces clauses, l’entretien n’avait finalement pas eu lieu.

Publié le lundi 30 mai 2016 à 12:02, modifications lundi 30 mai 2016 à 11:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !