Actualité

Décès du socialiste Henri Emmanuelli, ancien président de l’Assemblée nationale

L’homme politique, Henri Emmanuelli, est décédé ce mardi matin à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie.

Henri Emmanuelli est décédé ce mardi 21 mars.

Hospitalisé à Bayonne (dans les Pyrénées Atlantiques) depuis vendredi à la suite d’une double bronchite, la figure tutélaire de l’aile gauche du Parti socialiste, était âgée de 71 ans.

Le quotidien régional Sud Ouest a précisé que le député des Landes souffrait également de neuropathie. Une maladie qu’il avait révélée en mars 2016.

Henri Emmanuelli avait fait partie des figures emblématiques du Parti socialiste. En effet, il avait occupé de nombreux postes de premier plan. Il avait été notamment été Premier secrétaire du PS en 1994-1995, juste après avoir été président de l’Assemblée nationale de janvier 1992 à avril 1993.

Il avait également été nommé président de la puissante commission des Finances de l’Assemblée entre 2000 et 2002 quand Lionel Jospin était Premier ministre. Puis, de 1983 à 1986, il avait été nommé secrétaire d’Etat au Budget.

La laïcité comme notion sacrée

De plus, Henri Emmanuelli faisait partie des Mitterrandiens historiques.

Le socialiste avait débuté sa carrière en 1974 comme fondé de pouvoir, sous-directeur. Puis directeur adjoint à la Compagnie financière de Banque d’Edmond de Rothschild.

En dépit de ses débuts des banquiers, il se revendiquait comme « le gardien de la gauche du PS ».

Il s’était rapidement réclamé du socialisme et prétendait faire « la révolution en pendant les banquiers par leur cravate ».

En 2005, il avait rejoint le courant du Nouveau Parti socialiste fondé par Benoît Hamon, Vincent Peillon et Arnaud Montebourg. Le député avait ensuite choisi de fonder l’Alternative socialiste.

Ces dernières années, il avait accompagné les frondeurs dans leur combat contre la politique gouvernementale.

Pourtant, il s’était retiré du premier plan politique du fait de sa maladie, mais aussi en raison de sa fonction de président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts.

Plus récemment, il s’était montré hostile à la primaire du Parti socialiste. Il avait plaidé pour une candidature présidentielle de François Hollande.

Il avait finalement apporté son soutien à Benoît Hamon.

Dimanche lors de son meeting à Bercy, le candidat socialiste à l’élection présidentielle, avait justement cité Henri Emmanuelli comme l’un de ses modèles politiques.

Vive émotion au sein du Parti socialiste

En déplacement à Bruxelles, où il a rencontré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, Benoît Hamon est apparu très ému à l’annonce de ce décès.

En effet, le candidat socialiste à l’élection présidentielle a évoqué la perte d’une « forme d’âme sœur ». Il a ainsi déclaré :

Henri Emmanuelli a été extrêmement important dans ce que je suis. Je lui dois beaucoup. Ça me bouleverse, voilà. C’était une forme d’âme sœur pour moi. Il était plus vieux que moi, mais comme une sorte de… un frère en politique.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a fait part sur Twitter de sa « stupeur » et de son « émotion » :

Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France Insoumise à la présidentielle et ancien membre de l’aile gauche du Parti socialiste, a également réagi dans un tweet laconique :

Publié le mardi 21 mars 2017 à 12:26, modifications mardi 21 mars 2017 à 12:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !