Actualité

Corse : Gilles Simeoni, le dirigeant nationaliste, propose d’accueillir l’Aquarius, le navire de migrants

Gilles Simeoni propose que la Corse accueille le navire Aquarius et ses 629 migrants. Une décision humanitaire, mais aussi politique.

Les dirigeants nationalistes corses, par la voix du président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, ont proposé mardi 12 juin d’accueillir le navire humanitaire Aquarius.

En errance au large des côtes européennes de la Méditerranée depuis plusieurs jours avec 629 exilés à son bord, le navire de l’ONG SOS Méditerranée s’est vu refusé l’accès aux ports italiens et maltais.

Une proposition humanitaire…

Le président de l’Assemblée de la Corse, Jean-Guy Talamoni, s’est aussi exprimé sur le sujet via Twitter.

Sur l’île de beauté, ces déclarations ont reçu de nombreux soutiens pour une prise de position « qui honore la Corse », a notamment déclaré la conseillère territoriale Fabienne Giovannini.

Il y a trois jours le gouvernement italien annonçait par la voix de son ministre de l’Intérieur Matteo Salvini que l’Italie refusait désormais d’accueillir dans ses ports des navires humanitaires. Il demandait aux autorités de Malte de laisser le bateau amarrer dans l’île. Une injonction immédiatement rejetée par le gouvernement maltais. Celui-ci a refusé lui aussi de laisser entrer l’Aquarius. Ainsi, la situation n’ayant pas évolué ce mardi matin, le président du Conseil Exécutif Gilles Simeoni renouvelait la proposition d’accueil de la Corse.

Or, cette proposition survient au lendemain de celle du gouvernement socialiste espagnol. D’abord écarté par l’organisation humanitaire parce que trop éloignée et dangereuse, cette solution semble finalement avoir été retenue. Le navire, qui peut accueillir 500 passagers, aurait pu être en difficulté selon ses dirigeants. En effet, il aurait eu à affronter des vagues hautes de 2 mètres. Dès ce mardi 12 juin, tôt dans la matinée, des vivres ont été livrés par des navires italiens sur le navire de SOS Méditerranée.  Ainsi, les rescapés seront transbordés sur des navires italiens pour ensuite mettre le cap sur Valence avec l’Aquarius.

… mais aussi une proposition politique

Joint par Libération ce mardi 12 juin, Gilles Simeoni a évoqué un geste spontané face à l’urgence de la situation. Toutefois, il a également assumé la dimension politique de sa proposition. En effet, il a présenté la Corse en acteur méditerranéen «autonome».

Oui, un acteur autonome qui s’engage pour une Europe et une Méditerranée fraternelles. Il ne s’agit pas d’instrumentaliser une situation douloureuse pour construire un rapport de force avec l’État. Mais la situation ne peut dépendre de considérations juridiques.

Publié le mardi 12 juin 2018 à 14:41, modifications mardi 12 juin 2018 à 14:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !