Actualité

Certaines marques de cigarettes bientôt interdites en France ?

En raison de leur nom qui serait à lui seul une incitation à fumer, la ministre de la Santé souhaiterait voir certaines marques disparaître des bureaux de tabac français.

Un vent de panique a soufflé chez les fumeurs et les professionnels du tabac cette semaine. En effet, Marisol Touraine aurait déclaré vouloir empêcher la vente de plusieurs grands noms du tabac. La ministre a effet jugé que les célèbres Gauloises, Gitanes, Vogue, Fortuna, Lucky Strikes ou encore Marlboro avaient des noms trop incitatifs pour les fumeurs.

Dans son édition du mercredi 20 juillet, Le Figaro a relayé les inquiétudes des industriels du tabac tout en assurant qu’un décret était en cours d’examen au Conseil d’Etat. Le texte allait permettre, dans les mois qui viennent, à la ministre de la Santé :

D’interdire la commercialisation de plusieurs marques  de cigarettes au motif qu’elles évoquent, par leur seul nom, la virilité, la féminité, la jeunesse ou encore le succès.

En fait, le décret, qui sera publié d’ici quelques semaines, serait une transposition de la directive européenne de 2014 concernant le tabac. Il prévoit l’interdiction de faire figurer sur les paquets de cigarettes les mentions « à faible teneur en goudron », « léger », « ultra-léger », « doux », « naturel », « bio », « sans additifs », « non aromatisé » ou « slim ».

Autant de qualificatifs, qui, selon la ministre de la Santé, peuvent séduire certaines catégories de Français, tels que les plus jeunes.

De plus, les emballages doivent bannir tout ce qui peut :

Induire les consommateurs en erreur en suggérant des effets bénéfiques en termes de perte de poids, de “sex appeal”, de statut social, de vie sociale ou de qualités telles que la féminité, la masculinité ou l’élégance.

Les dirigeants des quatre principaux industriels du tabac (Seita, Philip Morris, British American Tobacco et JTI) ont souhaité être reçus par le Premier ministre, Manuel Valls pour exposer leurs arguments sur ces mesures.

Alors qu’ils n’ont pas eu accès au décret sur lequel s’appuiera Marisol Touraine, ils ont estimé que la ministre avait :

Une interprétation extrêmement extensive des dispositions contenues dans ce texte.

Ainsi, dans un communiqué publié mercredi 20 juillet, Seita Imperial Tobacco a :

Dénoncé vivement le caractère arbitraire d’une décision qui pourrait aboutir à la mort de certaines marques.

De son côté, le ministère de la Santé, qui s’est engagée dès son arrivée au sein du gouvernement dans une vaste campagne de réduction de la consommation de tabac, a vivement dénoncé le :

Lobbying intense des industriels du tabac pour tenter de peser dans l’application de la directive européenne.

Reste que le paquet de cigarettes dit « neutre » sera rendu obligatoire à la vente à partir du 1er janvier 2017. A cette date, il laissera très peu de marges à l’industrie du tabac pour chercher à attirer l’attention des fumeurs. En effet, sans logos, ni couleurs ou codes typographiques, seul le nom de la marque continuera d’être inscrite et uniquement dans le caractère Helvetica taille 14.

Les industriels verront dès lors disparaître un de leur dernier levier marketing.

Publié le vendredi 22 juillet 2016 à 9:34, modifications vendredi 22 juillet 2016 à 8:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !