Actualité

Carles Puigdemont arrêté en Allemagne : Des milliers de manifestants à Barcelone

Le président catalan déchu Carles Puigdemont, contre qui l’Espagne a lancé un mandat d’arrêt européen, a été arrêté à la frontière entre l’Allemagne et le Danemark par la police allemande.

STORY - Episode 26/30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

L’ancien président catalan Carles Puigdemont a été interpellé dimanche 25 mars peu avant midi à la frontière danoise, par la police allemande.

L’ancien président catalan, qui était sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par le gouvernement espagnol, avait jusqu’ici réussi à échapper aux autorités.

Il est maintenant sous la garde de la police.

A déclaré un porte-parole de la police allemande. Par ailleurs, il a précisé avoir agi dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen. L’indépendantiste va passer la nuit en maison d’arrêt, à une centaine de kilomètres au nord de Hambourg. Il sera présenté lundi à un juge.

Pisté par les services secrets

Carles Puigdemont a été interpellé en voiture par la police autoroutière du Schleswig-Holstein alors qu’il tentait de regagner discrètement la Belgique. Il revenait de Finlande, où il s’était rendu vendredi pour une conférence à l’Université d’Helsinki. L’ancien président de la Catalogne s’était réfugié à Bruxelles fin octobre 2017. A l’époque, il avait anticipé des poursuites pour « rébellion » et « sédition » déclenchées par la justice espagnole à la suite de la tentative ratée de sécession de la Catalogne l’automne dernier. Justement, Carles Puigdemont a été arrêté deux jours après que le juge de la Cour suprême espagnole eut confirmé des poursuites pour « rébellion » contre 13 indépendantistes catalans, dont Carles Puigdemont. Par ailleurs, le magistrat a émis ou réactivé des mandats d’arrêt européens et internationaux contre six dirigeants indépendantistes catalans partis à l’étranger. Pour rappel, cette infraction est passible de 30 ans de prison.

Ainsi, l’arrestation de Carles Puigdemont a été confirmée par la porte-parole du parti indépendantiste, Anna Grabalosa.

Cela s’est passé au moment où il franchissait la frontière germano-danoise. Il a été bien traité et ses avocats sont là-bas. C’est tout ce que je peux dire.

A-t-elle déclaré.

Selon une information du Monde, il a été pisté par les services secrets espagnols, qui ont alors averti les policiers allemands lorsqu’il a franchi la frontière.

Des milliers de manifestants à Barcelone

A l’annonce de l’arrestation de Carles Puigdemont, des milliers de manifestants sont descendus ce dimanche dans les rues de Barcelone. En effet, à l’appel d’un groupe séparatiste radical, les Comités de défense de la République, les militants se sont retrouvés sur les Ramblas, les célèbres avenues au centre de Barcelone.

Ils brandissant des drapeaux indépendantistes catalans ou scandaient des slogans :

Liberté pour les prisonniers politiques

Puigdemont notre président!

Sur des images diffusées par l’AFP, quelques affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre.

Ensuite, les manifestants se sont dirigés vers la délégation de la Commission européenne dans la métropole catalane, criant « Cette Europe est une honte ! ».

Publié le lundi 26 mars 2018 à 10:22, modifications lundi 26 mars 2018 à 9:40

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct