Actualité

Burkini : Les ventes en hausse depuis la polémique

Le burkini continue de faire des vagues. Alors que plusieurs communes ont déjà adopté l’interdiction du port de ce maillot de bain, on constate que ce vêtement très contesté a le vent en poupe. Depuis la polémique, les ventes sont en nette augmentation.

11 communes situées dans les Alpes-Maritimes ont pris un arrêté anti-burkini, parmi lesquelles on compte Menton, Cannes, Villeneuve-Loubet, Saint-Laurent-du-Var, Beaulieu-sur-Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat et depuis peu Nice. Trois femmes ont ainsi été verbalisées le week-end dernier à Cannes et ont écopé d’une amende de 38 euros.

Cachez ce sein que je ne saurais voir.

Cet été, le burkini a fait grand bruit dans l’Hexagone. Tout avait commencé par la fameuse journée du burkini. On apprenait notamment qu’un parc aquatique du côté de Marseille devait été privatisé pour permettre à des femmes de se baigner en toute tranquillité. Une requête finalement rejetée mais qui a suscité des questions au sein de la classe politique. Le maire de Cannes avait ensuite pris un arrêté anti burkini dans sa commune.

Un débat qui n’en finit jamais et qui a fait grand écho auprès des médias étrangers ont qualifié cette polémique de ridicule et sexiste. L’affaire Sisco (Haute-Corse) dans laquelle une rixe violente entre communautés avait éclaté faisant plusieurs blessés a relancé le débat.
Et pourtant le burkini tant décrié ne se laisse pas démonter facilement. Il ne s’est jamais aussi bien porté à en croire la créatrice du vêtement, Aheda Zanetti. Cette dernière s’est confié à Europe 1. Selon elle, la vente du maillot de bain intégral explose. Il faut croire que ces polémiques lui en profitent.

On a eu une augmentation des ventes en France depuis plusieurs semaines, entre 35 à 40 %. Ces femmes vont continuer à acheter le burkini et peu importe qu’elles aillent nager en France, en Espagne, en Suisse ou ailleurs… Personne ne pourra les arrêter de faire ce qu’elles veulent.

Et d’ajouter que

Ces femmes, quelle que soit d’ailleurs leur religion, peuvent continuer à être actives et aller sur la plage. Je ne comprends pas, c’est juste un maillot de bain ! Cela ne fait de mal personne ! Le burkini ne discrimine personne.

Aheda Zanetti précise également que 30 % de sa clientèle ne serait pas issue de la communauté musulmane :

Cela peut-être des femmes juives, des mormones, des chrétiennes, des hindoues… ou même des femmes qui veulent protéger leur corps du soleil.

Un avis ?

Publié le samedi 20 août 2016 à 8:40, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !