Actualité

Brexit : Pour François Hollande, la décision “ne peut être reportée ou annulée”

Brexit : Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, c’est “NON” pour François Hollande.

STORY - Episode 18/58

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Brexit

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Lors d’un tête à tête avec le Premier ministre britannique David Cameron, François Hollande a assuré que le Royaume-Uni devait sortir de l’Union européenne et que “le plus vite sera le mieux”.

Après la notification du prochain Premier ministre ou Première ministre britannique, François Hollande à répété la tenue d’une phase de négociations qui ne durera pas plus de deux ans.

En marge des commémorations du centenaire de la bataille de la Somme, le président de la République a tenu devant des dizaines de journalistes présents pour cette occasion :

La décision est prise, elle ne peut pas être reportée ou elle ne peut pas être annulée. Maintenant il faut en tirer les conséquences

Un retour en arrière est-il envisageable sur cette décision ? L’idée d’un “Breserval” semble pour le moins très complexe face à cette conclusion inédite.

Une question se pose dorénavant sur le prochain statut du Royaume-Uni, celui-ci aura-t-il un “statut Royal” particulier lié au marché unique européen ? Difficile aujourd’hui de répondre à cette épineuse question. Alors, “To be or not to be”..

Pour François Hollande, il est clairement impensable d’avoir les mêmes avantages en dedans qu’en dehors de l’Union européenne.

Publié le dimanche 3 juillet 2016 à 13:56, modifications lundi 19 mars 2018 à 15:47

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct