Actualité

Bloctel : Le nouvel outil contre le démarchage téléphonique

Pour tous ceux qui sont agacés d’être sans cesse dérangé par des appels proposant tout et son contraire, une solution s’offrent à eux dès mercredi.

Bloctel est un service « anti-démarchage » à destination des consommateurs qui ne souhaitent pas recevoir de publicité par téléphone.

La secrétaire d’État au Commerce, Martine Pinville, a annoncé qu’un service d’opposition au démarchage téléphonique, nommé Bloctel sera mis en place à partir du 1er juin, sous forme de liste.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un service gratuit et ouvert à tous les Français qui le souhaitent. Un organisme sera chargé de regrouper tous les consommateurs résidant en France qui ne désirent pas recevoir d’appels commerciaux ou de démarchage téléphonique.

Cette liste sera transmise aux professionnels qui affichent ces pratiques et ils auront l’interdiction d’appeler ces numéros sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 75 000 euros en cas de non respect de la loi.

En revanche, les SMS ne sont pas concernés par ce dispositif puisqu’il existe déjà le numéro 33700.

Je garantis bien évidemment que cela va marcher.

Assure Martine Pinville, la secrétaire d’État en charge du commerce et de la consommation.

S’il y avait dans certains cas un démarchage abusif, il faudra à ce moment-là relever le numéro de téléphone et, si vous pouvez, le nom de la société qui a appelé, nous le signaler sur Bloctel ou à la DGCCRF. Nous ferons les poursuites nécessaires.

Précise-t-elle.

Comment s’inscrire ?

Lorsque le site bloctel.gouv.fr, sera lancé ce mercredi 1er juin, il suffira de renseigner ses numéros de téléphone. L’inscription sera effective sous un délai d’un mois et pour une durée de trois ans, renouvelable et résiliable à tout moment.

Si malgré tout, le numéro bloqué reçoit un appel intempestif, il faudra alors relever le numéro et le nom de la société pour les signaler à Bloctel ou à la DGCCRF.

Dans le cas où l’appel provient de l’étranger, “c’est la société donneuse d’ordre en France qui sera poursuivie”.

Qui va gérer ce service ?

Il s’agit de la société Opposetel qui a été nommée gestionnaire de la liste. C’est une entreprise créée pour l’occasion. Le principal dirigeant d’Opposetel est Éric Huignard, qui est également le dirigeant d’HSK Partners, une entreprise spécialisée dans la relation client et la gestion de bases de données commerciales.

Si Martine Pinville se montre optimiste, le sénateur Jacques Mézard est moins enthousiaste.

Il salue certes l’amélioration, mais regrette que ce soit à l’abonné de faire la démarche :

Je proposais l’inverse : un opérateur, au moment de l’abonnement, devait recueillir le consentement de l’abonné à accepter de la prospection téléphonique.

Publié le mardi 31 mai 2016 à 9:03, modifications mardi 31 mai 2016 à 9:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !