Actualité

Barrage de L2 Ajaccio-Le Havre: encore des incidents et une polémique

Bus caillassé, échauffourées, insultes et députée exfiltrée pendant le match… les incidents autour d’AC Ajaccio-Le Havre dimanche soir ont terni la campagne des prébarrages, alors que se profile un duel entre le club corse (L2) et Toulouse (L1) mercredi, en barrage aller.

Selon la députée de Seine-Maritime Agnès Firmin Le Bodo, présente dans les tribunes pour soutenir les Havrais dimanche, “des injures racistes ont visé les joueurs du début à la fin du match. (…) La pression verbale s’est transformée en pression physique, le président du HAC Vincent Volpe a reçu un coup de pied dans le dos, il y a eu un jet de projectile et les agents de sécurité nous ont demandé de partir, ça s’est passé très vite”, affirme-t-elle à l’AFP.

La tonalité est différente du côté des autorités corses: “Une députée du Havre et le président du club ont souhaité, à un moment, quitter les tribunes et rejoindre les couloirs des joueurs. Il ne s’est rien passé, mais il y a eu un moment de tension fort après le penalty (ndlr: du Havrais Mateta) et je pense que, par précaution, ils ont souhaité se mettre à l’abri”, indique une source à l’AFP.

Quatre cartons rouges

“Le racisme est inadmissible dans les stades comme à proximité. J’appelle les autorités sportives et judiciaires à la plus grande fermeté”, a déclaré de son côté sur Twitter le préfet Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT.

L'arbitre de la rencontre AC Ajaccio-Le Havre adresse un carton rouge au Havrais Jean-Philippe Mateta, en barrage de Ligue 2, le 20 mai 2018 en Corse

(credit photo AFP) L’arbitre de la rencontre AC Ajaccio-Le Havre adresse un carton rouge au Havrais Jean-Philippe Mateta, en barrage de Ligue 2, le 20 mai 2018 en Corse

C’est pendant la prolongation que la tension est montée d’un cran. Après son but inscrit sur penalty, le Havrais Jean-Philippe Mateta est allé le fêter en mettant les mains derrière les oreilles, imitant la célébration du Lyonnais Memphis Depay, comme s’il voulait se moquer de ses adversaires. La situation a aussitôt dégénéré avec une bousculade entre les joueurs et au final quatre cartons rouges, dont un pour Mateta, plus l’exclusion de l’entraîneur corse.

Prévue vendredi, la rencontre avait déjà été reportée à dimanche à cause du caillassage du bus havrais par quelques dizaines de supporters ajacciens.

“Suspicion permanente”

En Corse, le vice-président de l’AC Ajaccio, Alain Orsoni, décrit pour sa part “un lynchage médiatique” autour de cette rencontre et annonce son intention de quitter le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel.

“Les événements de cette dernière semaine qui ont entouré le match de playoff contre Le Havre m’ont convaincu que nous ne pouvions plus accepter un traitement très particulier, explique-t-il lundi dans un courrier. J’ai l’intime conviction que nous sommes victimes d’un lynchage médiatique mais aussi d’une suspicion permanente relative à ce fameux contexte corse si profondément et si injustement ancré dans les esprits”.

Alain Orsoni estime toutefois que “la LFP a parfaitement respecté la règle en maintenant le match de playoff malgré les pressions de toutes sortes”, mais déplore “les réactions, avant même vérifications, (sur) les incidents soi-disant très graves alors que comparativement ils étaient bénins”.

Des supporters et des policiers entourent le car des joueurs du Havre qui arrivent au stade d'Ajaccio, le 18 mai 2018

(credit photo AFP/Archives) Des supporters et des policiers entourent le car des joueurs du Havre qui arrivent au stade d’Ajaccio, le 18 mai 2018

Faut-il craindre des incidents pour le match de barrage aller entre Ajaccio et Toulouse mercredi soir ? “C’est peut-être un peu plus chaud qu’ailleurs et il y a un contexte un peu particulier avec les supporters mais il ne faut pas en avoir peur”, répond l’entraîneur de Toulouse Mickaël Debève. “Si on n’est pas capable de passer par-dessus ça, il ne faut pas qu’on se déplace. Je suis sûr que ça va très bien se passer. Je ne vois pas pourquoi ça se passerait mal”, ajoute-t-il.

“Lors du match face au Havre il n’y a pas eu de blessés, pas de tacles par derrière ou d’agression. Mercredi, ce sera un match où il y aura de la tension, mais on est assez grands pour ne pas répondre aux intimidations”, conclut l’entraîneur toulousain.

Ajaccio, qui a battu Le Havre aux tirs au but (1-1 fin du temps réglementaire, 2-2 a.p., 5-3 t.a.b.) à l’issue de ce match électrique, affrontera Toulouse, 18e de Ligue 1, mercredi et dimanche en barrage d’accession. Avec une place dans l’élite à la clé.

Publié le lundi 21 mai 2018 à 18:15, modifications lundi 21 mai 2018 à 18:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !