Actualité

Avignon : Fusillade près d’une mosquée

Une fusillade aux abords d’une mosquée d’Avignon a fait huit blessés. L’affaire n’aurait aucun lien avec la présence du lieu de culte… Retour sur les faits…

Une fusillade a éclaté ce dimanche 2 juillet dans la soirée à Avignon, dans le Vaucluse.

En effet, selon La Provence, deux hommes encagoulés ont ouvert le feu aux abords de la mosquée Arrahma, rue Barcelona.

Selon les premiers témoignages recueillis par le quotidien et confirmés par la police, vers 22h30 deux hommes au moins seraient arrivés à bord d’une Renault Clio. En outre, les tireurs disposaient d’une arme de poing et d’un fusil de chasse. L’un d’eux serait descendu du véhicule pour ouvrir le feu sur la foule présente dans la rue.

D’après La Provence, au moins huit personnes auraient été blessées dont une fillette de 7 ans, légèrement atteinte.

Le Parquet a déclaré que parmi les blessés, aucun n’avait de pronostic vital engagé.

La piste terroriste écartée

Alors que la piste terroriste a été complètement écartée par les autorités, c’est l’antenne d’Avignon de la section de recherche de la police judiciaire de Montpellier qui a été chargée de l’enquête.

De ce que l’on sait ce soir, la mosquée n’était pas visée, les faits se sont passés dans la rue de l’établissement religieux mais sans lien avec ce dernier.

A assuré le Parquet.

Selon les premières informations fournies par Laure Chabaud, la magistrate de permanence au Parquet d’Avignon, citée par La Provence, il s’agirait d’un règlement de comptes ou d’une querelle entre jeunes.

Les deux suspects sont toujours en fuite, a précisé le journal.

Quelques jours après l’attaque de la mosquée de Créteil.

Cette fusillade renvoie à l’attaque d’un homme sur les fidèles de la mosquée de Créteil.

En effet, jeudi, un Arménien de 43 ans, a percuté les barrières et traversé le terre-plein grillagé protégeant la mosquée avec son 4×4. Il avait ensuite heurté les voitures de fidèles au sortir de la prière, sans faire de blessé.

Souffrant de schizophrénie, il a été hospitalisé d’office.

Selon une source proche du dossier, il avait tenu des « propos confus en référence aux attentats » djihadistes qui ont fait 239 morts en France depuis 2015.

Publié le lundi 3 juillet 2017 à 12:02, modifications lundi 3 juillet 2017 à 12:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !