Actualité

Aux Folies Bergère, la joyeuse et excentrique revue haute couture de Jean Paul Gaultier

“Prière de laisser au vestiaire la routine et la morosité !”: Jean Paul Gaultier, l’enfant terrible de la mode, réalise à 66 ans son rêve en présentant une folle revue aux Folies Bergère, haut lieu parisien du genre, qui raconte de façon spectaculaire et intimiste son parcours à travers un demi-siècle de mode et de culture pop.

A l’âge de 9 ans, celui qui bouleversera les codes du genre notamment avec ses jupes pour hommes, s’est juré de monter un jour une revue, après avoir regardé à la télévision avec ses parents dans une HLM d’Arcueil (Val-de-Marne) un spectacle des Folies Bergère.

Jean Paul Gaultier qui depuis quelques années a abandonné le prêt-à-porter pour se consacrer à la Haute Couture, signe un show déjanté et transgressif, “entre revue et spectacle de mode”.

La réalisatrice Tonie Marshall cosigne la mise en scène qui ne laisse aucun répit au spectateur, emporté dans un tourbillon du début à la fin, rythmé par les grands tubes du disco et de la pop composant la bande originale de la vie du couturier.

Une quinzaine de comédiens et danseurs font vivre cette parenthèse enchantée en interprétant des créatures et personnalités “délurées, perchées, mal élevées, bien gaulées, culottées et déculottées”, comme Jean Paul Gaultier les aime.

L'entée du théâtre des Folies Bergère à Paris avec le lancement du

(credit photo AFP/Archives) L’entée du théâtre des Folies Bergère à Paris avec le lancement du “Fashion Freak Show”

“J’ai été bercé par les comédies musicales, bouche bée, totalement émerveillé devant les plumes et les strass. Grâce au film +Falbalas+ de Jacques Becker avec Micheline Presle, je suis tombé enfant amoureux de la mode, mais je me suis toujours dit qu’un jour ou l’autre, je monterai une revue”, a raconté à l’AFP le créateur lors de la présentation de sa revue.

Intitulé “Fashion Freak Show”, le show conçu comme une grande fête, raconte la vie du couturier, de son enfance à ses grands défilés, en passant par son entrée en 1970 chez Cardin comme stagiaire, ses rencontres, ses folles soirées londoniennes avec des clins d’œil aux artistes qui l’ont toujours influencés comme Pedro Almodovar, Madonna, Kylie Minogue ou la chorégraphe Régine Chopinot.

une invitation à réaliser les rêves

“J’ai toujours aimé les freaks, les gens bizarres, les provocateurs, les esthétiques qui se mélangent, les rencontres inattendues, quand le garçon des rues encanaille la duchesse !”, souligne le couturier qui, bien entendu, signe les 200 costumes de la revue, en puisant dans ses propres archives : la robe Perfecto, la robe sac poubelle, les corsets dessus dessous et les seins coniques que Madonna a adopté pour une de ses tournées mondiales.

Le show démarre d’ailleurs avec

(credit photo AFP/Archives) Le show démarre d’ailleurs avec “Nana”, l’ours en peluche de l’enfant Gaultier qu’il s’amusait à maquiller et pour lequel, à 5 ans, il a imaginé des seins coniques, sous l’impulsion de sa grand-mère qui n’a cessé de le pousser à exprimer sa sensibilité.

Le show démarre d’ailleurs avec “Nana”, l’ours en peluche de l’enfant Gaultier qu’il s’amusait à maquiller et pour lequel, à 5 ans, il a imaginé des seins coniques, sous l’impulsion de sa grand-mère qui n’a cessé de le pousser à exprimer sa sensibilité. A 96 ans, Micheline Presle incarne d’ailleurs en vidéo cette grand-mère à l’origine de sa vocation pour la mode.

Le spectateur suit pas à pas ce parcours incroyable en passant par l’école où le petit Jean Paul était régulièrement puni car il passait son temps à dessiner des robes. Rossy de Palma a accepté de jouer l’institutrice, au côté de nombreuses autres participations vidéo tout aussi savoureuses dont celle de Antoine de Caunes, Catherine Ringer, Mylène Farmer, Catherine Deneuve, Line Renaud et la muse Farida Khelfa.

(credit photo AFP/Archives)

Après un hommage à Pierre Cardin dont Jean Paul Gaultier a été le stagiaire, on assiste au premier défilé du jeune couturier en 1976 dans ce show énergique à la fois excentrique, sulfureux et très drôle.

Le spectateur plongera aussi dans les folles soirées du Palace, avant de s’égarer dans un sexclub. Le couturier n’élude rien de ce qui a été sa vie, ouvrant son journal intime au point d’évoquer dans un tableau émouvant la disparition de Francis Menuge, son compagnon et mentor emporté par le sida en 1990. C’est l’occasion d’évoquer les engagements de Jean Paul Gaultier dans la lutte contre la maladie, avec distribution de préservatifs au public des Folies Bergère pendant un lancer de confettis.

Après un tour d’horizon de sa mode, le couturier interroge le spectateur sur les notions de beauté et de laideur : “tout est relatif”, rappelle-t-il d’emblée. “La mode est superficielle. Amusez-vous ! Soyez libres !”, ajoute-t-il dans une touchante invitation à réaliser les rêves.

Lors de l’impressionnant final sur le grand escalier des Folies Bergère, la troupe, excentrique à souhait, l’affirme en chanson : “tout le monde, il est beau !”.

Publié le samedi 29 septembre 2018 à 13:40, modifications samedi 29 septembre 2018 à 13:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !