Actualité

Attentats : Mohamed Abrini voulait mourir en martyr

Le testament de Mohamed Abrini a été découvert par les enquêteurs.

Voilà une découverte qui arrive à point nommé pour contredire les récentes déclarations d’un des kamikazes des attentats de Bruxelles, Mohamed Abrini.

Celui-ci avait été arrêté le 9 avril presque trois semaines après les attentats du métro de Maelbeek et de l’aéroport international de Bruxelles qui avaient endeuillés la Belgique. Déjà inculpé dans le cadre de l’enquête sur les attentats de novembre dernier à Paris, il l’est également pour assassinats terroristes pour les attentats de mars en Belgique.

Ainsi, Mohamed Abrini, mis en examen dans les cadres des enquêtes franco-belge sur les attentats de Paris et de Bruxelles, avait certifié aux juges d’instruction qu’il ne ferait « pas de mal à une mouche ». Il avait également tout tenté pour minimiser son implication en jurant ne pas avoir participé à la préparation des attentats de Bruxelles. Il avait alors incriminé ses complices morts dans les attentats pour se décharger.

Pourtant le testament de celui qui a reconnu être « l’homme au chapeau » a été retrouvé dans une poubelle par un agent communal près de l’appartement d’où sont partis les trois terroristes pour l’aéroport de Zaventem.

Selon BFM TV, qui a révélé le contenu du document daté du 2 février, Mohamed Abrini y explique avoir commencé à adhérer aux idées du groupe Etat islamique à l’été 2014, lorsque son frère cadet, Soulaimane, décède dans un attentat suicide en Syrie. Après quelques recherches il lui est rapidement devenu évident qu’il devait rejoindre Daesh.

L’ami d’enfance de Salah Abdeslam écrit qu’il approuve clairement les attentats de Paris et qualifie les terroristes de « héros ». Il indique qu’il veut mourir en martyr et demande à sa mère de le pardonner. Enfin, il signe le testament du nom de combattant de son frère, Abou Yaya.

Le belgo-marocain de 31 ans a rédigé le testament puis il l’a mis dans la corbeille de l’ordinateur, tout comme l’avait été celui d’Ibrahim El Bakraoui, l’un des deux kamikazes décédé à l’aéroport de Zaventem.

Selon le journal belge, La Dernière Heure, Mohamed Abrini aurait déclaré aux enquêteurs qu’il avait écrit ce testament sous la contrainte. Il aurait affirmé qu’il s’agissait d’un document type, imposé par les membres de la cellule terroriste à l’origine des attaques de Paris et de Bruxelles.

Enfin, il aurait nié que l’ordinateur retrouvé dans la poubelle soit le sien.

Publié le jeudi 19 mai 2016 à 9:03, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !