Actualité

Attentats de Paris : François Hollande reçoit les familles des victimes

Après l’arrestation de Salah Abdeslam, le président de la République a reçu les familles des victimes à l’Elysée. Les associations de défense des victimes ont elles aussi été entendues.

Quelques jours après l’arrestation de Salah Abdeslam, le président de la République a reçu ce lundi 21 mars les familles des victimes des attentats du 13 novembre à Paris.

Elles ont demandé à être reçues et l’arrestation de Salah Abdeslam rendait d’autant plus opportune cette rencontre.

Annonce l’entourage de François Hollande.

Toutes les associations de victimes qui sont venues au secours de ces Français meurtris dans leur chair le 13 novembre ont été reçues, elles, par la secrétaire d’État chargée de l’Aide aux victimes, Juliette Méadel, et le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Le but de cette rencontre était de trouver de nouvelles solutions pour mieux prendre en charge les personnes qui ont subi un traumatisme extrême. Il est aussi question de mettre en place un guichet unique ou un interlocuteur unique grâce auquel les familles pourraient se tenir informées.

Pour Aurélia Gilbert membre de l’association 13 novembre : Fraternité et Vérité qui a parlé à France Info, il faudrait :

Améliorer la prise en charge immédiate des victimes, parce que ne nous leurrons pas, il y aura d’autres attaques.

Sur Europe 1, Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fenvac, la fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs, a indiqué que François Hollande avait décidé de :

Mettre en place un suivi effectif, et assure que l’indemnisation soit complète et transparente.

Il reste un long travail de deuil à faire pour tous les proches des victimes des attentats. Le procès qui s’ouvrira sûrement pour Salah Abdeslam leur donnera peut-être quelques réponses.

Publié le lundi 21 mars 2016 à 17:56, modifications lundi 21 mars 2016 à 17:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !