Actualité

Attentats déjoués : Le commando de femmes a été mis en examen et écroué

Le premier commando voulant commettre un attentat la semaine dernière, essentiellement composé de femmes, a été inculpé après leur interpellation suite à la découverte de la voiture remplie aux bonbonnes de gaz.

Lundi 12 septembre, les trois femmes Inès M, Sarah H et Amel S, arrêtées jeudi, ont été mises en examen et écrouées. Les deux premières ont été inculpées pour tentatives d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique tandis que la dernière est complice de ce crime. Mai, elles font face au chef d’association de malfaiteurs terroristes en vue de commettre des crimes d’atteintes aux personnes. Peu après leurs arrestations, un homme Mohamed Lamine A, a été mis en examen pour non dénonciation d’un crime terroriste. Il a été présenté comme le petit ami réel ou virtuel de Sarah H.

Sous l’influence d’un djihadiste français de l’EI, les trois femmes avaient l’intention d’attaquer à l’arme blanche dans des gares de Paris et en banlieue. Selon des sources proches de l’enquête, elles prévoyaient de se procurer des ceintures explosives ou lancer des voitures contre des bâtiments. Lors de leur interpellation à Boussy-Saint-Antoine, Sarah H a asséné un coup de couteau à un policier, blessé à l’épaule. Inès M s’est également lancée sur un autre fonctionnaire avant d’être blessée.

Samedi 10 septembre, une première suspecte Ornella G avait été écrouée dans l’enquête sur la voiture remplie aux bonbonnes de gaz, découverte par un riverain. Selon son récit, elle a échoué avec sa complice, puisqu’elles ont pris la fuite en apercevant un homme ressemblant à un policier en civil. Par ailleurs, un adolescent de 15 ans, soupçonné de vouloir passer à l’action, a été inculpé pour association de malfaiteurs terroristes en vue de commettre des crimes d’atteinte aux personnes. Pour le moment, placé en détention provisoire, il avait été arrêté au domicile de sa mère dans le XIIe arrondissement de Paris.

Dimanche 11 septembre, Manuel Valls a de nouveau rappeler que la menace terroriste est “maximale”. Il a assuré que des attentats étaient déjoués “tous les jours”. Actuellement, près de 15 000 personnes sont radicalisées sur le territoire français.

Publié le mardi 13 septembre 2016 à 13:15, modifications mardi 13 septembre 2016 à 11:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !