Actualité

Attentats de Paris : Jean-Jacques Urvoas répond à la polémique sur la salle de sport de Salah Abdeslam

La lettre de Thierry Solère adressée au ministre de la Justice au sujet des conditions de détention et notamment une salle de sport de Salah Abdeslam a fait grand bruit. Certains ont estimé que le terroriste était un détenu privilégié. Jean-Jacques Urvoas a tenu à rétablir la vérité.

Dans un courrier adressé vendredi 1er juillet au Garde des Sceaux, Thierry Solère s’était indigné des conditions de détention de Salah Abdeslam dans le quartier d’isolement de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

En effet, le député Les Républicains des Hauts-de-Seine s’était étonné de constater que le dernier survivant des commandos responsables des attentats du 13 novembre y bénéficiait d’aménagements confortables et notamment d’une cellule meublée par des appareils de sport réservés à son usage exclusif.

Il n’en aura pas fallu davantage pour que naisse la polémique. En effet, l’information a été relayée par différentes personnalités politiques et a fait le tour des réseaux sociaux.

Le ministre de la Justice a donc choisi de répondre à Thierry Solère afin de rétablir la réalité et l’objectif de ces dispositifs dans un courrier adressé au député le 5 juillet.

Dans son courrier, Jean-Jacques Urvoas dément que les conditions de détention de Salah Abdeslam s’apparentent à celles d’un « séjour dans un club de vacances » (propos tenus par Nicolas Dupont-Aignan).

Il y explique que le terroriste n’est pas privilégié, mais qu’il est soumis au strict isolement vis-à-vis des autres détenus. Compte tenu des conditions de détentions de Salah Abdeslam, il est impératif que celui-ci n’ait pas de contacts avec les autres prisonniers, notamment pour qu’il ne transmette pas d’informations vers l’extérieur ou pour qu’on ne porte pas atteinte à sa vie.

Le ministre de la Justice rappelle également que les détenus ont le droit de faire du sport en accord avec la loi du 24 novembre 2009, qui stipule que toute personne condamnée doit se voir proposer la pratique d’une activité. Jean-Jacques Urvoas porte à l’attention de Thierry Solère que les installations incriminées sont minimalistes :

Il est loisible de baptiser un espace de 8m2, où le lit a été remplacé par un rameur.

De plus, concernant la question de la surpopulation de la prison de Fleury-Mérogis, Jean-Jacques Urvoas rappelle que le djihadiste se trouve dans un quartier d’isolement, c’est-à-dire dans des cellules qui ne sont de toute façon pas occupées par les autres prisonniers.

Voilà une réponse qui devrait éteindre la polémique.

Publié le mercredi 6 juillet 2016 à 12:20, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !