Actualité

Attentats de Bruxelles : Mohamed Abrini se dédouane et accuse les morts

“Je ne ferai pas de mal à une mouche”, a assuré Mohamed Abrini au juge d’instruction.

Mohamed Abrini est soupçonné d’avoir été un des logisticiens des attentats de Paris. Il a également été identifié comme « l’homme au chapeau » qui poussait le chariot en compagnie des deux kamikazes de l’aéroport de Zaventem avant qu’ils ne se fassent exploser le 22 mars 2016.

Mohamed Abrini a été arrêté le 8 avril à Bruxelles et mis en examen dès le lendemain pour « assassinats terroristes ».

Au cours de son audition et à l’image de Salah Abdeslam, le belgo-marocain de 31 ans a cherché à minimiser son rôle dans les attentats franco-belges.

Je ne ferais pas de mal à une mouche.

Aurait-il affirmé au juge d’instruction, selon BFMTV.

Il a certes avoué que c’était bien lui sur les images de vidéosurveillance et donc qu’il était bien « l’homme au chapeau » dont le chariot transportait des engins explosifs (soit qui n’ont pas explosé, soit qui n’ont pas été déclenché). Il affirme en outre n’avoir jamais eu l’intention de se faire exploser et qu’il n’est en rien lié à Ibrahim El-Bakraoui et Najim Lachraaoui.

S’il les côtoyait, ce n’était pas leurs idées ou intentions, mais uniquement pour se cacher. Il explique que seuls les frères Bakraoui et Lachraaoui étaient les organisateurs des attentats de Bruxelles et qu’en plus ils projetaient à l’origine un attentat de grande ampleur en France, à l’occasion de l’Euro de football.

L’arrestation de Salah Abdeslam le 18 mars auraient contrarié leur plan et précipité le passage à l’acte dans le métro et l’aéroport de Bruxelles.

Mohamed Abrini clame qu’il n’est pas radicalisé et qu’il n’est jamais allé en Syrie. Pourtant, il est suspecté d’y avoir fait un passage à l’été 2015 et son petit frère, Souleymane y est décédé en 2014 à l’âge de 20 ans alors qu’il combattait dans la brigade islamiste d’Abdelhamid Abaaoud (l’organisateur présumé des attentats parisiens).

En dépit de ces déclarations, de nombreuses preuves l’accablent. Depuis les attentats de Paris, il était recherché par toutes les polices d’Europe et au cours de ces mois de cavale, il a expliqué les différentes planques qu’il a occupées et les nombreuses perruques qui l’ont grimées.

Il a avoué également s’être caché avec Salah Abdeslam, notamment à Forest.

Jeudi 14 avril, Mohamed Abrini a comparu devant la chambre du conseil qui a décidé de son maintien en détention préventive pour un mois.

Publié le vendredi 15 avril 2016 à 9:42, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires