Actualité

Attentats de Bruxelles : les frères Laachraoui, une même éducation mais des destins antagoniques

Mourad Laachraoui a exprimé sa vive colère à l’égard de son frère aîné, Najim Laachraoui, un des kamikazes de l’aéroport de Bruxelles.

Le champion de taekwondo, Mourad Laachraoui, a délivré un message très clair à la centaine de journalistes qui l’interrogeaient sur ses liens avec son frère Najim, un des auteurs des attentats de Bruxelles de mardi 23 mars.

Il a en effet condamné très « fermement » les agissements de son frère aîné.

Considéré comme un membre clef de la cellule de l’Etat Islamique qui a endeuillé la France et la Belgique ces derniers mois, Najim Laachraoui, était parti en Syrie en 2013 et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis décembre 2015.

Il avait été contrôlé sous une fausse identité en septembre à la frontière austro-hongroise en compagnie, notamment, de Salah Abdeslam et Mohamed Belkaïd (un algérien de 35 ans, considéré comme un autre probable « cerveau » du groupe et tué le 15 mars dans le quartier bruxellois de Forest).

Issus d’une famille nombreuse, musulmane pratiquante, les deux frères ont fait leur scolarité dans une école réputée du quartier bruxellois de Schaerbeek.

Mourad affirme avoir coupé les liens avec son frère depuis son départ précipité en Syrie en 2013 :

Il nous a juste appelé une fois, pour nous dire qu’il était parti, et on n’a plus jamais eu de nouvelles depuis.

Mourad, 20 ans, qui représentait la Belgique aux derniers Championnats du Monde disputés en mai 2015 en Russie, dans la catégorie des moins de 54 kg a déclaré qu’en apprenant son implication dans les attentats de Paris et de Bruxelles :

j’ai été touché et accablé, je ne voulais pas croire que c’était lui, mais bon, on ne choisit pas sa famille (…) Je suis effondré … Toute ma famille condamne absolument ces actes… je compatis avec les victimes»

La voix tremblotante, écrasé dans son siège, le jeune athlète affirmait n’avoir aucune explication sur la radicalisation de son frère et que personne dans sa famille n’avait détecté cela.

Il a terminé en disant :

Je me suis senti mal c’est tout… Triste, apeuré, attristé par tout ce qui s’est passé. J’essaie de tourner la page.

Publié le samedi 26 mars 2016 à 16:03, modifications samedi 26 mars 2016 à 9:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !