Actualité

Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam visait le métro parisien, mais sa ceinture explosive n’aurait pas fonctionné

Une nouvelle révélation qui jouera un rôle fondamental dans le procès du terroriste, qui débutera début février.

STORY - Episode 9/21

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>
Une question restait en suspens depuis les attentats du 13 novembre : pourquoi Salah Abdeslam n’est pas mort comme les autres membres du commando cette nuit tragique ? D’après France inter, le gilet explosive de celui-ci n’aurait pas fonctionné, ce qui l’aurait empêché de “mourir en martyr” dans le métro parisien.

Une défaillance technique

C’est donc un problème technique au sein de le gilet explosif du prévenu qui aurait empêché l’explosion. En effet, d’après les experts qui l’ont analysé, un câble électrique et une pièce de détonateur étaient abîmées. Le courant ne pouvait donc pas passer correctement dans le gilet et celui-ci n’a pas pu exploser. Constatant cette défaillance, Salah Abdeslam l’avait ensuite abandonné la nuit de l’attentat.

Les agissements du terroriste pendant la nuit du 13 novembre sont encore très énigmatiques aux yeux des enquêteurs. On sait toutefois avec certitude que celui-ci a servi de chauffeur au commando qui s’est fait explosé au stade de France. Il a ensuite abandonné la voiture dans le XVIIIème arrondissement de Paris avant d’acheter un téléphone portable avec lequel il contactera deux autres cerveaux des attentats en Belgique, Hamza Attou et Mohammed Amri. Ces derniers viendront ensuite le chercher le lendemain en voiture avant de le rapatrier à Molenbeek, où il sera arrêté.

Mais la nuit du 13 novembre, Abdeslam avait pris le métro à 23 h sur la ligne 4, à la station Marcadet-Poissonnier, jusqu’au terminus à Montrouge. C’est là qu’il abandonné le gilet explosif, qui sera retrouvé quelques jours plus tard par les enquêteurs.

Il souhaitait “mourir en martyr”

Cette décision d’abandonner le gilet reste énigmatique aux yeux des enquêteurs. A-t-il renoncé au dernier moment à se faire exploser ? Ou souhait-il aller jusqu’au bout ? Dans le message de revendication de l’Etat Islamique, le XVIIIème arrondissement de Paris était également pris pour cible. En outre, les policiers avaient mis la main sur un ordinateur ayant servi à l’organisation des attentats on l’ou trouvait les mots “groupe métro” dans un dossier “13 novembre”.

Le terroriste aurait d’ailleurs expliqué à son cousin que la défaillance au niveau de son gilet l’avait empêché de se faire sauter dans le métro comme son frère Brahim au Boulevard Voltaire.

La lumière sera faite sur cette affaire sordide lors du jugement d’Abdeslam début février à Bruxelles.

Publié le vendredi 26 janvier 2018 à 15:57, modifications vendredi 26 janvier 2018 à 15:54

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct