Actualité

Attentat de Nice : Les politiques réagissent avec émotion et colère

Un attentat a de nouveau frappé l’Hexagone. Une attaque qui a fait réagir de nombreux politiques.

Après l’attentat de Nice, le pouvoir exécutif se mobilise fortement. La classe politique s’est exprimée sur l’attaque survenue dans Nice, en plein 14 juillet.

En apprenant l’attaque, le Président François Hollande a quitté le Festival d’Avignon où il était présent pour un dîner et une représentation des Damnés. Il a très vite rejoint le centre de crise de la Place Beauveau à Paris. Le Premier Ministre l’attendait sur place.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur s’est directement rendu à Nice. Vers 3h45 du matin, le chef de l’État a fait une apparition télévisée pour s’exprimer sur le récent attentat. Il s’est, d’ailleurs exprimé sur la prolongation de l’état d’urgence. Un conseil de défense s’est tenu ce matin avant que le Président et le Premier Ministre se rendent à Nice.

Cette nuit, les politiques de tous bords ont montré leur soutien. Ils condamnent tous cette horrible tragédie survenue le jour de la Fête Nationale. Manuel Valls a exprimé son “immense douleur”.

Jean-Luc Mélenchon déplore encore “le retour d’un de ces absurdes assassins”.

Après de nombreux messages de soutien, les politiques n’ont pas tardé à critiquer l’actuel gouvernement.

Alain Juppé et Christian Estrosi ont été les plus critiques envers le gouvernement. Alain Juppé annonce qu’il “faut renforcer le renseignement territorial”.

Le maire de Nice dénonce le fait qu’il réclamait “plus de moyens pour lutter contre le terrorisme”.

Invité d’Europe 1, François Fillon s’est exprimé sur l’attentat.

Hier, on voulait arrêter l’état d’urgence, on se demande pourquoi. Il faut utiliser tous les éléments de notre droit pour prévenir au maximum des attentats comme celui vient d’être commis.

Marion-Maréchal Le Pen a déclaré.

Les bougies et les marchés blanches, ce n’est pas suffisant. Le Président nous annonce la prolongation de l’Etat d’Urgence : encore faudrait-il appliquer les mesures qui vont avec, comme par exemple les perquisitions administratives. Il y a une radicalisation en prison à cause du manque de place.

Via un communiqué, Marine Le Pen s’est exprimée.

Il faut déclarer la guerre contre le fléau du fondamentalisme islamiste.

Pour le moment, le suspect a été identifié , sa femme a été placée en garde à vue. Le bilan est toujours estimé à 84 morts.

Publié le vendredi 15 juillet 2016 à 15:35, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !