Actualité

Attentat de Nice : Les motivations ambiguës du tueur

Si l’attentat de Nice a été revendiqué par l’Etat islamique, les motivations des tueurs restent mystérieuses. A-t-il agit après une radicalisation « très rapide » ou a-t-il exécuté son attaque sur le coup de la folie ?

Samedi 16 juillet, le groupe terroriste Daech, par le biais de l’agence Amaq, a confirmé que le tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait tué 84 personnes « en réponse aux appels lancés » par l’organisation djihadiste.

Du côté du ministère de l’Intérieur, le chauffeur-livreur de 31 ans et domicilié à Nice « semble s’être radicalisé très rapidement ».

Il s’agit d’un attentat d’un type nouveau commis par des individus sensibles au message de Daech (qui) s’engagent dans des actions extrêmement violentes sans nécessairement avoir participé aux combats, sans nécessairement avoir été entraînés.

A expliqué le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Pourtant, les motivations réelles du tueur semblent encore floues.

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a-t-il véritablement agit sur ordre de l’Etat islamique, qui appelle régulièrement « les soldats du califat » à commettre des attaques avec tous les moyens disponibles, notamment en France.

Est-ce que le tunisien était en lien direct avec la mouvance radicale de Nice ?

La ville étant réputée pour être un épicentre de la radicalisation islamiste. L’ombre du recruteur pour le jihad, Omar Omsen, continue de planer sur la région.

Les services de renseignement ont admis que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était inconnu des services de renseignement et qu’il n’avait jamais été signalé pour radicalisation.

De plus, aucun document de propagande jihadiste n’a été retrouvé dans le camion ou lors des perquisitions aux deux adresses connues du chauffeur. Cependant, les matériels informatique et téléphonique du tueur sont actuellement en cours d’analyse. L’exploitation de ces documents devrait permettre d’en savoir plus sur les raisons de son passage à l’acte ou sur ses éventuels liens avec un groupe terroriste.

Mais c’est le profil de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel qui intrigue le plus les enquêteurs.

En effet, l’homme est décrit comme étant violent et ayant des troubles psychologiques sévères. Le père de famille était en instance de divorce et est décrit comme « étrange » et « solitaire » par d’anciens voisins. Le père de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a déclaré que son fils avait fait une dépression au début des années 2000 et qu’il n’avait pas de lien avec la religion.

En outre, sa détermination à tuer un maximum de personnes le 14 juillet ne fait plus aucun doute.

Son acte a été soigneusement préparé et prémédité. En effet, il a loué le véhicule, qui lui a servi à commettre son attaque, trois jours avant les faits.

Un des enquêteurs a révélé

Il a projeté sur la foule et a sans doute effectué des repérages pour savoir comment il allait aborder la Promenade des Anglais ultra-sécurisée et en partie fermée à la circulation pour les célébrations du 14-juillet.

Les inspecteurs s’interrogent également sur la présence des armes factices retrouvées dans le camion. A la différence des importants arsenaux de guerre retrouvés lors des précédents attentats, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel n’avait en effet qu’un pistolet de calibre 7,64mm, qui lui a servi à tirer sur les policiers.

Pour l’instant, rien ne permet donc de déterminer avec certitude que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel est lié à la mouvance islamiste ou à l’opportuniste l’Etat islamique.

Publié le samedi 16 juillet 2016 à 16:37, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !