Actualité

Attentat de Nice: Libération révèle le mensonge de Bernard Cazeneuve sur le dispositif de sécurité

Les failles dans la sécurité lors des festivités du 14 juillet à Nice ont été révélées par le quotidien Libération. Une enquête qui a fait réagir Bernard Cazeneuve.

Ce Jeudi 21 juillet, Libération a sorti le déroulé de son enquête sur l’attentat de Nice. En couverture, le quotidien titre “Des failles et un mensonge”, qui donne un avant-goût de l’article sur le dispositif de sécurité le jour de la Fête Nationale.
Attentat de Nice: Libération révèle le mensonge de Bernard Cazeneuve sur le dispositif de sécurité

Le quotidien affirme qu’une seule voiture de police faisait barrage au moment où le terroriste Mohammed Lahouajej Bouhlel a percuté des personnes venues voir les feux du 14 juillet.

84 personnes ont perdu la vie et 300 sont blessées , dont certaines sont encore entre la vie et la mort. La tragique tuerie a fait naître une polémique autour du dispositif de sécurité. Libération a publié une enquête qui s’appuie sur une source policière “qui a pu visionner les images de la vidéosurveillance”. La source affirme avoir pu voir des photos prises pendant l’attaque. Libération rapporte dans ses colonnes :

Un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer. Il n’y a donc aucune voiture de police nationale susceptible de barrer la chaussée.

En effet, les membres de la police nationale n’étaient pas présents puisqu’ils ont été relevés vers 20h30 par les agents municipaux. Le quotidien va même plus loin en accusant la communication du gouvernement d’avoir menti et :

D’avoir, au minimum, travesti la réalité en exagérant sur la présence des forces de l’ordre sur la Promenade des Anglais après que l’attentat ait été commis.

Deux jours après l’attentat, le préfet des Alpes-Maritimes avait déclaré.

La mission périmétrique était confiée pour les points les plus sensibles à des équipages de la police nationale, renforcés d’équipages de la police municipale. C’était le cas notamment du point d’entrée du camion.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Interieur, a réagi à l’enquête via un communiqué publié cette nuit. Le ministre est en colère face à cette enquête et remet en cause “la déontologie des journalistes qui ont signé ces articles”. Il dénonce des “procédés, qui empruntent aux ressorts du complotisme, et sont graves, car ils laissent penser que le préfet des Alpes-Maritimes, le ministre de l’Intérieur et le Premier Ministre ont cherché à travestir la vérité”.

En revanche, il a fait savoir qu’il ne dément pas les informations du quotidien mais confirme que les officiers de la police nationale les plus proches étaient à 400 mètres du drame. Ce jeudi matin, il a annoncé dans un nouveau communiqué, qu’il allait se saisir de l’Inspection Générale de la Police Nationale pour procéder à “une évaluation technique du dispositif de sécurité et d’ordre public tel qu’il a été conçu puis mis en œuvre à Nice dans la soirée du 14 juillet et dans la nuit qui a suivi.”

L’enquête se portera sur la vérification de l’application du dispositif. Le président François Hollande, en déplacement à Dublin, a indiqué que les résultats de l’enquête seront rendus la semaine prochaine.

Publié le jeudi 21 juillet 2016 à 15:57, modifications jeudi 21 juillet 2016 à 15:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

16 Commentaires