Actualité

Attentat de Nice : Mohamed Bouhlel, homonyme niçois du tueur, est menacé de mort

En vacances en Tunisie, Mohamed Bouhlel est l’homonyme niçois de l’auteur de l’attentat du 14 juillet. Harcelé et menacé de mort sur les réseaux sociaux, l’homme n’ose pas rentrer en France.

Niçois et tunisien, comme le tueur qui a fauché 84 personnes jeudi 14 juillet sur la Promenade des Anglais, Mohamed Bouhlel est victime depuis vendredi 15 juillet d’une déferlement de haine sur les réseaux sociaux.

Insultes, propos fielleux et menaces de mort, le jeune homme a été horrifié de voir sa photo circuler dans un tweet haineux « brûle aux enfers », qui l’accuse d’être l’auteur de l’attaque.

Je ne suis pas le tueur de Nice.

Ne cesse de clamer Mohamed Bouhlel. Il avoue également, qu’être confondu avec l’auteur de l’attentat de Nice est « très traumatisant ». Depuis son lynchage sur les réseaux sociaux, il n’a plus «  les idées claires ». Il est surtout interloqué de subir ces attaques alors qu’il existe une différence entre les deux noms :

Moi, je m’appelle Mohamed Bouhlel. Lui, se fait appeler Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Ce détail aurait dû alerter celui qui s’est permis de relayer une fausse information.

La méprise est si répandue et les insultes si féroces que le Tunisien n’ose pas rentrer de ses vacances en Tunisie. Au point qu’il a pris la décision de reporter son retour à Nice.

Mon nom ? Mohamed Bouhlel… Ce fou est mon homonyme et je paie ce hasard très cher.

S’est confié le jeune homme dans une colonne publiée dans l’Obs, Le Plus.

S’il a déjà porté plainte, Mohamed Bouhlel redoute les jours à venir :

Je suis plus que chamboulé par cette situation. La mésaventure, pour dire le peu, est si violente pour moi que je n’ose pas rentrer à Nice. En effet, je suis en Tunisie en ce moment pour les vacances d’été et mon billet de retour était prévu pour le 15 juillet.

Attendu à son poste de travail dès lundi, il estime « ne pas être sûr de pouvoir y être à temps ».

Très choqué et désemparé de voir son nom sali de la sorte, Mohamed Bouhlel a expliqué que son homonyme était très répandu en Tunisie, à l’image des Dupont ou Pierre en France. En effet, un rapide coup d’œil sur Internet permet de voir qu’il y a de nombreuses personnes qui portent ce prénom et ce nom.

Une vérification que n’a, visiblement, pas prise l’internaute qui a diffusé la photo, vendredi avec les mots :

Le visage du #monstre qui a ensanglanté Nice: #Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Qu’il soit maudit!

Publié le dimanche 17 juillet 2016 à 15:13, modifications dimanche 17 juillet 2016 à 15:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !