Actualité

Attentat à Magnanville : Pourquoi le terroriste n’a pas tué le garçon de 3 ans ?

Sur Facebook, un homme a demandé au terroriste de ne pas tuer "le petit"

Voilà un an qu’un couple de policiers a été tué par un terroriste à Magnanville dans les Yvelines. Aujourd’hui, des éléments judiciaires expliqueraient pourquoi le terroriste n’a pas tué leur enfant de 3 ans.

Voilà un an qu’un couple de policiers a été tué à son domicile de Magnanville (Yvelines) par un Djihadiste. Ce terroriste s’appelait Larossi Abballa. Il a tué Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, en direct, sur Facebook.

En revanche, il a épargné la vie de leur enfant. Un petit garçon qui a vu ses parents tués sous ses yeux.

Un profil Facebook supprimé

Depuis un an, les policiers travaillent activement sur ce double meurtre. Pourquoi ? Notamment parce que lors de son live Facebook, le terroriste a discuté avec un homme. Et cet homme a demandé au terroriste d’épargner la vie du petit garçon. Aujourd’hui, des éléments du dossier judiciaire ont été dévoilés.

“Ne tue pas le petit”

Qui est cette personne ? Les membres de la Direction générale de la sécurité intérieure ont trouvé des informations intéressantes sur le profil de cet homme. Un profil qui a été supprimé quelques minutes après la tuerie.

Durant le Facebook Live du terroriste après qu’il a tué les parents du petit Mathieu, 3 ans et demi, il s’interroge sur le sort du garçon. Il se demande s’il doit le tuer. Et lors de ce Facebook Live, une personne, à 21h27, sous le pseudonyme de “Abdallah Abou Souheila” lui écrit ce message privé :

Salam Aleykoum, ne tue pas le petit.

Le terroriste lui répond :

Tu es au Sham (terre de l’Etat islamique, ndlr)?

Ce dernier lui renvoie :

Non ici, mais je suis de la aquida [la croyance]

Pour retrouver cet homme, des réquisitions ont été déposée auprès de Facebook. Elles n’ont rien donné. Mais surprise, des semaines plus tard, un homme presque sous le même pseudo que cela qui avait discuté avec le terroriste réapparaît sur Facebook. En effet, les policiers le tracent et découvrent que son identité est celle de Loïc F., un Français de 24 ans domicilié à Argenteuil. Il est converti à l’Islam et a des positions très extrémistes.

Cet utilisateur connaissait d’autres terroristes

Le carnet d’adresses de cette personne est inquiétant. En effet, il était en contact avec des terroristes aujourd’hui connus comme celui qui a égorgé un prêtre à Saint-Etienne du Rouvray en Normandie. Un terroriste à qui il a parlé au téléphone.

C’est en octobre 2016 que les policiers l’interpellent et lui posent des questions sur ses fréquentations et notamment sur le message qu’il a posté à destination du terroriste de Magnanville. Les policiers voulaient savoir comment il avait réussi à convaincre le terroriste de ne pas tuer l’enfant. Il répond :

Je me suis dit qui ne tente rien n’a rien, que ça allait peut-être le faire réfléchir. Le petit, c’est une âme innocente.

Et concernant son profil Facebook il confie :

Je suis mal tombé. Je n’ai vraiment pas de chance. J’ai créé mon compte Facebook pour avoir une vie sociale, rencontrer des frères et trouver une femme. Je ne m’attendais pas à tomber sur des futurs terroristes.

Il est aujourd’hui dans la nature car la police l’a relâché après son interrogatoire.

Publié le jeudi 15 juin 2017 à 9:33, modifications jeudi 15 juin 2017 à 11:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !