Actualité

Attaque du Louvre : l’assaillant refuse de parler

L’auteur de l’attaque à la machette contre des militaires au Carrousel du Louvre à Paris, a été auditionné dimanche 5 février par les enquêteurs. Il s’est muré dans le silence.

Lors de l’attaque du Louvre, l’homme qui avait attaqué à la machette des militaires au Carrousel vendredi à Paris, a été entendu dimanche 5 février pour la première fois.

Il avait été hospitalisé à l’hôpital européen George Pompidou pour des blessures supérieures à l’abdomen après avoir reçu des tirs de riposte d’un militaire. Il a été auditionné sur son lit d’hôpital. Cependant, il a catégoriquement refusé de s’exprimer face aux enquêteurs.

L’identité et les motivations de l’assaillant à déterminer

Ces derniers cherchent toujours à identifier formellement l’identité de l’assaillant. Selon les premiers éléments de l’enquête l’homme pourrait être Abdallah El-Hamahmy. Cet Egyptien de 29 ans serait arrivé en France il y a une semaine avec un visa touristique.

Les services de police s’interrogent sur les motivations de ce jeune diplômé en droit et cadre commercial dans une entreprise aux Emirats arabes unis. Une réponse que n’a pas voulu donner le suspect. Sa garde à vue a débuté samedi à 18h45. Elle peut durer 96 heures, le délai prévu dans les affaires de terrorisme.

Vendredi vers 9h50, dans la galerie marchande du Carrousel du Louvre à Paris, l’agresseur, une machette dans chaque main, a foncé sur une patrouille de militaires en criant “Allah Akbar”.

Ainsi, un premier soldat a été légèrement blessé au cuir chevelu. Puis, un second a tenté de repousser l’assaillant sans user de son arme, avant de tirer, à quatre reprises, le blessant grièvement.

Aucune allégeance à l’Etat islamique retrouvée

Vendredi soir, le procureur de Paris, François Molins a déclaré en conférence de presse que c’est le parcours d’un solitaire qui se dessine. En effet, rien ne montre pour le moment qu’il ait eu des contacts avec des complices.

Par ailleurs, aucune marque d’allégeance à un groupe jihadiste n’a été retrouvée lors de la perquisition dans son logement. Un appartement situé près des Champs Elysées qu’il a loué en ligne pour 1.700 euros la semaine.

D’un côté, le « caractère terroriste » de l’attaque « ne fait guère de doute » pour le président François Hollande. De l’autre, le père d’Abdallah El-Hamahmy, a exprimé son incrédulité au micro de l’AFP. Ce haut gradé de la police égyptienne à la retraite a affirmé que son fils n’avait montré aucun signe de radicalisation. En effet il a décrit un jeune directeur commercial de Charjah, aux Emirats. Selon lui, son fils était parti « en voyage d’affaires » à Paris.

Son épouse, enceinte, se trouverait actuellement en Arabie Saoudite avec leur fils de sept mois. Enfin, il a indiqué être sans nouvelle de lui depuis vendredi.

Publié le lundi 6 février 2017 à 9:06, modifications lundi 6 février 2017 à 9:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !