Actualité

Assemblée Nationale : Alice Thourot interrompue par un “cri de chèvre”

Jean-Luc Mélenchon dénonce cet acte sexiste envers la députée LREM

Alice Thourot Assemblée Nationale cri de chèvre

Un bêlement a retenti à l’Assemblée Nationale le jeudi 3 août. Il visait Alice Thourot, députée LREM. Si l’on ne connaît pas l’auteur du cri, son comportement sexiste a néanmoins été dénoncé par d’autres députés.

Un nouvel incident sexiste s’est produit à l’Assemblée Nationale. Alors qu’elle prenait la parole devant les députés, Alice Thourot a été visée par un cri de chèvre. La députée LREM n’a pas relevé le geste quelque peu grossier sur le moment. D’autres députés ont en revanche condamné cette attitude, à commencer par Jean-Luc Mélenchon.

Alice Thourot attaquée à propos des missions parlementaires

Un bêlement discret a retenti dans l’hémicycle du Palais Bourbon le jeudi 3 août. La tranquillité semblait pourtant être revenue à l’Assemblée Nationale. Ce n’est visiblement pas le cas, à en juger l’incident qui visait Alice Thourot.

La députée LREM s’exprimait sur les missions parlementaires lorsque le cri de chèvre s’est fait entendre. Alice Thourot expliquait en effet que des missions parlementaires allaient être créées à l’automne. Un député a lors imité un bêlement. Ce cri assez discret n’a pas échappé à la chaîne LCP, ni au Lab d’Europe 1.

Vous pouvez l’entendre ici aux alentours de 20 secondes :

Ce bêlement fait écho au cri de poule lancé par le député UMP Philippe Le Ray en 2013. Le caquètement était survenu lors d’une intervention de l’écologiste Véronique Massoneau. Un an plus tard, certains députés avaient également sifflé Cécile Duflot, qui portait une robe à fleurs bleues dans l’hémicycle.

Jean-Luc Mélenchon condamne le “cri de chèvre”

Ce bêlement sexiste n’a visiblement pas retenu l’attention d’Alice Thourot, qui a préféré l’ignorer et poursuivre sur le sujet. En revanche, d’autres députés n’ont pas hésité à s’exprimer et à condamner cette attitude.

Jean-Luc Mélenchon a notamment évoqué l’incident comme de la “misogynie ordinaire” à l’Assemblée Nationale. Olivier Damaisin, député LREM, pense quant à lui connaître le coupable. Il s’agirait selon lui d’un député républicain.

On ne sait pas encore si l’auteur de ce cri sera sanctionné par les présidents de l’Assemblée. Les incidents sexistes ne sont en tout cas pas encore révolus au Palais Bourbon.

Publié le vendredi 4 août 2017 à 17:00, modifications samedi 5 août 2017 à 13:12

Vidéos relatives

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top