Actualité

Arrêté anti-burkini suspendu, Marine Le Pen interpelle le Législateur à prendre ses responsabilités !

La gauche applaudit pendant que les anti demandent une Loi..

Une décision attendue. Dans son ordonnance, le Conseil d’Etat vient de prendre la décision de “suspendre l’arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet pris le 5 aout” et de nombreuses voix autres que celle du premier ministre s’élèvent.

Parmi les politiques, la réaction de la présidente du parti politique le “Front National” était attendue.

Marine Le Pen juge “regrettable” la décision prise par la plus haute juridiction.

En effet le Conseil d’Etat estimant qu’aucun trouble à l’ordre public n’avait été provoqué par une tenue à connotation religieuse.

La décision du Conseil d’Etat sur un arrêté municipal anti-burkini est évidemment regrettable mais pas très surprenante

disait-elle dans un communiqué, ajoutant :

Pour lutter contre le communautarisme, pour protéger les femmes, pour affirmer la laïcité et notre mode de vie, le législateur est seul habilité à agir

La présidente du Front national invitait le “législateur” à prendre ses responsabilités. Pour Marine Le Pen, le législateur français doit :

Faire voter au plus vite une loi d’extension de la loi de 2004 à l’école, pour bannir les signes religieux ostensibles dans l’espace public et le burkini en fera évidemment partie

De son côté, le Conseil d’Etat, qui a suspendu ce vendredi l’arrêté anti-burkini pris par la commune de Villeneuve-Loubet, à expliqué aux maires ayant interdit ces tenues de bain couvrant quasi-entièrement le corps de la femme, qu’une interdiction à l’accès aux plages ne pouvait être justifiée qu’en cas “de risques avérés pour l’ordre public“. To be continued..

Publié le samedi 27 août 2016 à 9:46, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !