Actualité

Argenteuil : Onze interpellations après de violents affrontements

Un éventuel lien avec l’affaire Théo

Onze personnes ont été interpellées dimanche 12 février à Argenteuil après des incidents et des heurts avec les forces de l’ordre.

Des incidents ont éclaté dimanche 12 février à Argenteuil, dans le Val-d’Oise. Des abribus ont été détruits, un bus a été caillassé et de violents affrontements ont eu lieu avec la police dans le quartier du Val-d’Argenteuil Nord.

Sans doute liés à l’affaire Théo

Ces incidents seraient probablement liés à l’affaire Théo, le jeune homme violenté par quatre policiers lors d’une interpellation jeudi 9 février.

Ces incidents sont sans doute liés à l’affaire de Théo. Mais on ne peut pas l’affirmer pour le moment.

A indiqué une source policière à l’AFP.

En effet, en soutien à ce jeune homme des manifestations ont eu lieu toute la semaine en Seine-Saint-Denis. Celle de samedi 11 février à Bobigny s’est soldée par de nombreux débordements qui ont engendré de graves incidents et de nombreux délits.

À Argenteuil, les échauffourées ont débuté vers 17h30 ce dimanche et ont duré environ deux heures.

Selon la préfecture de police, citée par Ouest France, les manifestants auraient répondu à un appel lancé sur les réseaux sociaux.

Le message incitait à répéter les violences de 2005, « afin de provoquer des affrontements avec les forces de sécurité ».

Selon la mairie d’Argenteuil, les quarante personnes s’en sont d’abord pris à des voitures avant de saccager un bus. Des incendies de voitures et de poubelles ont débuté avant d’être rapidement circonscrits.

Ensuite, des policiers ont essuyé de nombreux jets de projectiles, sans qu’aucun membre des forces de l’ordre ne soit blessé.

En effet, près d’une centaine de policiers et de CRS a été mobilisée pour quadriller le secteur et ramener le calme notamment à l’aide de fumigènes, alors que des tirs de flashball auraient également été entendus.

En outre, un journaliste de BFM a été pris à partie par les émeutiers. Le site internet de BFMTV a déclaré qu’il « allait bien ».

Onze personnes, dont huit mineurs, ont été interpellées et placées en garde à vue immédiatement après ces affrontements.

De plus, 37 personnes avaient été interpellées à la suite des débordements en marge du rassemblement en soutien à Théo. Ce lundi, huit personnes étaient toujours en garde à vue.

Publié le lundi 13 février 2017 à 9:43, modifications lundi 13 février 2017 à 9:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !