Actualité

Américain tué: la police indienne renonce à enquêter auprès de la tribu

Les autorités indiennes ont renoncé à envoyer la police enquêter sur l’île de North Sentinel, où un Américain a été tué la semaine dernière, afin de protéger la tribu autochtone et isolée qui y vit des conséquences d’un contact avec le monde moderne.

Les autorités indiennes se sont limitées à un renforcement vendredi de leur observation à distance, envoyant un bateau au large de l’île pour la seconde fois.

“Les précautions nécessaires ont été prises pour assurer que ce groupe tribal particulièrement vulnérable ne soit ni bouleversé ni perturbé pendant la manoeuvre,” a indiqué la police dans un communiqué.

Carte du territoire indien des îles d'Andaman et Nicobar

(credit photo AFP) Carte du territoire indien des îles d’Andaman et Nicobar

La peur de maladies aussi bénignes qu’un rhume, qui pourrait décimer la tribu de chasseurs-cueilleurs, ou la découverte de la modernité qui pourrait anéantir sa façon de vivre, l’ont maintenue dans une bulle que John Chau, qui se voyait en missionnaire, voulait briser en apportant un message d’évangélisation.

Agé de 27 ans, il a été tué il y a une semaine par le peuple des Sentinelles qui l’ont transpercé de flèches quand il a voulu débarquer pour les convertir au christianisme.

Il avait été auparavant informé par les autorités que toute intrusion était illégale, il est interdit de s’approcher à moins de 3 miles (5 kilomètres) de l’île.

“Pas une bonne idée”

Le corps de John Chau pourrait ne jamais être récupéré, les spécialistes des droits tribaux estimant qu’aucune charge ne pourra être déposée contre les membres de la tribu, qui est probablement la dernière datant du pré-néolithique.

Selon l'ONG Survival International, les Sentinelles descendent des premières populations d'homo sapiens à être parties d'Afrique et vivent aux Andaman depuis 60.000 ans

(credit photo AFP/Archives) Selon l’ONG Survival International, les Sentinelles descendent des premières populations d’homo sapiens à être parties d’Afrique et vivent aux Andaman depuis 60.000 ans

Selon Pankaj Sekhsaria, spécialiste des îles Andaman et Nicobar, il serait “futile” d’essayer de récupérer le corps de M. Chau.

“Je ne pense pas que c’est une bonne idée de s’approcher davantage (des îles Sentinelles) car cela pourrait créer un conflit avec la communauté locale,” a-t-il souligné auprès de l’AFP.

La police a indiqué qu’elle ne pouvait prévoir aucun calendrier pour une éventuelle récupération du corps.

Les autorités doivent désormais trouver un moyen de rendre le corps à la famille de M. Chau tout en préservant l’isolement de la tribu qui est une garantie de sa survie.

Ces dernières décennies, les tentatives de contact du monde extérieur se sont heurtées à l’hostilité et à un rejet violent de la part de cette communauté estimée à 150 âmes.

D’une surface équivalant à la moitié de Paris, l’île de North Sentinel se situe à une cinquantaine de km à l’ouest de la ville de Port Blair, capitale du territoire indien des îles d’Andaman et Nicobar.

Selon l’ONG Survival International, les Sentinelles descendent des premières populations d’homo sapiens à être parties d’Afrique et vivent aux Andaman depuis 60.000 ans.

Pour d’autres anthropologues, il n’est pas prouvé que leur présence dans cette région soit aussi ancienne, même si elle est indubitablement plurimillénaire.

Les rares images des Sentinelles, prises depuis la mer, montrent des habitants à la peau noire. Ils ne portent pas de vêtements mais utilisent des feuilles ou des ficelles faites de fibres végétales pour des accessoires décoratifs tels que colliers ou bandeaux.

Publié le samedi 24 novembre 2018 à 14:10, modifications samedi 24 novembre 2018 à 14:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !