Actualité

Aissa Doumara Ngatansou : Lauréate du premier prix Simone-Veil

Âgée de 46 ans, Aissa Doumara Ngatansou vient de recevoir le Prix Simone Veil de la République française. Un prix qui récompense “des actions partout dans le monde en faveur des droits des femmes”.

C’est à l’occasion de la 42ème journée de la femme que Aissa Doumara Ngatansou a eu l’honneur de recevoir le premier prix Simone-Veil en présence du couple présidentiel, Emmanuel et Brigitte Macron ainsi que des membres de la famille de Simone Veil.

Un prix qui récompense “des actions partout dans le monde en faveur des droits des femmes”

Depuis 1996, la lauréate lutte contre les mariages précoces. Elle-même victime de mariage forcé alors qu’elle était adolescente, elle cofonde en 1996 une antenne de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) dans la ville de Maroua, dans la région Extrême-Nord du Cameroun. C’est donc «  avec beaucoup d’émotion  » que Aissa Doumara Ngatansoua a reçu ce prix ce vendredi 8 février.

Le prix Simone-Veil a été créé par Emmanuel Macron en hommage à l’ancienne ministre Simone Veil, décédée en 2017.

Vous vous êtes indignée et vous n’avez pas cédé (…) C’est un exemple de courage, celui de remettre en cause le poids des héritages

a-t-il expliqué, avant de saluer son «  engagement de plus de 20 ans au service des femmes, mené dans le silence, parfois l’opprobre  ».

Aissa Doumara Ngatansou a dédié cette marque de reconnaissance «  à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, à toutes les rescapées de Boko Haram  ».

La France souhaite une «diplomatie féministe»

Cette récompense, qui s’accompagne d’une prime de 100.000 euros, s’inscrit dans la «diplomatie féministe» de la France.

Par ailleurs, le chef de l’État a souhaité que 2019 soit « une année utile pour les droits des femmes  » à l’occasion de la présidence du G7 par la France. Il a rappelé que Paris souhaiterait accueillir en 2020 une conférence mondiale sur les femmes. Soit 25 ans après celle organisée par l’ONU à Pékin en 1995.

Beaucoup de femmes sont en première ligne dans ce combat, mais c’est la société tout entière qui doit se mobiliser, y compris les hommes.

a expliqué Emmanuel Macron.

Publié le vendredi 8 mars 2019 à 15:57, modifications vendredi 8 mars 2019 à 15:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct