Actualité

Affaire Ronaldo: le terrain pour oublier la tempête

Cristiano Ronaldo joue sur deux terrains. Alors que les accusations de viol qui pèsent contre lui menacent son empire économique et sportif, la star planétaire a comme prévu été alignée en tant que titulaire au sein de l’attaque de la Juventus Turin samedi à Udine.

A son arrivée à la Dacia Arena, Ronaldo avait le visage sombre, mais pas plus que ses coéquipiers, tous concentrés sur le match qui les attend face à l’Udinese, modeste 14e du championnat d’Italie.

En revanche, il a été acclamé plus que les autres par les dizaines d’enfants enthousiastes qui attendaient l’entrée des bus des deux équipes, seul Dybala pouvant rivaliser avec lui dans ce domaine.

Autour du stade, “l’affaire Ronaldo”, relancée lundi par la police de Las Vegas qui a ouvert une enquête sur les accusations portées par Kathryn Mayorga, qui affirme avoir été violée par le footballeur en juin 2009, ne semblait pas peser beaucoup sur la popularité du Portugais.

Et si les maillots floqués du N.7 étaient moins nombreux qu’à l’habitude, c’est qu’il pleuvait et qu’ils étaient cachés sous les K-Way.

A l’approche du match, qui a attiré à Udine des journalistes venus d’Angleterre, d’Espagne ou de Chine, la presse sportive italienne, restée jusque-là très discrète, a pourtant rappelé que ces 90 minutes ne pouvaient pas être tout à fait comme les autres.

“Plus fort que la boue”, a ainsi titré en Une le quotidien turinois Tuttosport, soutien traditionnel de la Juventus.

Le Corriere dello Sport titrait de son côté “CRSexe”, rappelant en Une l’effondrement de l’action de la Juventus, qui a perdu près de 10% vendredi à la Bourse de Milan.

En passant de la première à la dernière page du quotidien sportif romain, on comprend d’ailleurs que l’affaire juridique qui touche Ronaldo est aussi économique, puisque cette dernière page est entièrement occupée par une photo du quintuple Ballon d’Or en slip, une publicité pour sa ligne de sous-vêtements, distribuée par l’enseigne italienne Yamamay.

Sponsors préoccupés

En fin de semaine, plusieurs partenaires économiques de premier plan de CR7 – son surnom et sa marque – ont d’ailleurs pris leurs distances avec le joueur.

“Nous sommes profondément préoccupés par ces accusations inquiétantes et continuerons de suivre de près la situation”, a ainsi déclaré jeudi un porte-parole de l’équipementier Nike à l’AFP.

Selon le magazine Forbes, Ronaldo est l’un des trois sportifs seulement auxquels la firme à la virgule a accordé un contrat à vie, en compagnie des stars de la NBA LeBron James et Michael Jordan.

Le son de cloche est identique du côté d’EA Sports, éditeur du jeu vidéo FIFA dont Ronaldo était la tête d’affiche pour l’édition 2018-19.

“Nous suivons la situation de près car nous attendons des sportifs qui sont en couverture de nos produits et de nos ambassadeurs qu’ils se comportent d’une manière conforme aux valeurs d’EA”, explique le groupe américain.

Pour le joueur et la Juventus, la communication a dans ce contexte été délicate.

Après avoir en début de semaine balayé avec une certaine désinvolture des “fake news” dans une vidéo Instagram, l’ancien Madrilène a publié mercredi sur les réseaux sociaux un bref communiqué dans lequel il dément “vigoureusement” les accusations le visant et qualifie le viol de “crime abominable”.

Dîner de groupe

La Juventus, qui a dépensé cet été plus de 100 millions d’euros pour recruter sa nouvelle star, celle qui doit lui permettre de passer un nouveau cap sportif et financier, a pour sa part publié jeudi sur Twitter un bref communiqué de soutien, critiqué par de nombreux internautes pour son ton froid et distancié.

Une vidéo de l’entraînement montrant l’attaquant de 33 ans exulter après un but et titrée “Ronaldo trouve la cible” n’a pas été mieux accueillie.

Ces images d’entraînement ont été les seules ou presque de Ronaldo cette semaine. On l’avait simplement vu mardi sur quelques plans télévisés, visage fermé en tribune de l’Allianz Stadium de Turin où il a assisté en compagnie de sa compagne et de son fils aîné au match Juve-Young Boys de Berne pour lequel il était suspendu.

Jeudi, il est aussi apparu, cette fois tout sourire entre ses équipiers Matuidi et Bernardeschi, sur une photo du dîner de groupe organisé par le milieu de terrain turinois Pjanic.

Et samedi avant le match, Ronaldo a reçu les encouragements de sa mère. “Bonne chance mon fils, et aussi à ton équipe. Ensemble, nous sommes plus forts. Allez la Juventus”, a écrit Maria Dolores Alveiro sur Instagram, en légende d’une photo où son fils la tient dans ses bras.

Publié le samedi 6 octobre 2018 à 18:40, modifications samedi 6 octobre 2018 à 18:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !