Actualité

Accusé de viols, Tariq Ramadan « mis en congé » de son poste à l’université d’Oxford

Au regard des accusations qui pèsent sur lui, Tariq Ramadan, qui enseigne les études contemporaines islamiques, a été mis en congé par la prestigieuse université d’Oxford.

STORY - Episode 5/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Selon The Guardian, l’université d’Oxford, au Royaume-Uni a annoncé mardi 7 novembre la suspension temporaire de Tariq Ramadan « d’un commun accord et avec effet immédiat ».

Le Suisse occupait le poste de professeur d’études islamiques contemporaines depuis 2009. Cette année, il enseignait la philosophie islamique et la théologie

Tariq Ramadan, professeur d’études contemporaines islamiques, a pris un congé de l’université d’Oxford. Ses tâches d’enseignement, de supervision et de corrections seront redistribuées.

A détaillé le communiqué.

Deux plaintes pour viols en France

Ainsi, dans le sillage de l’affaire Weinstein, deux femmes ont porté plainte, en France, pour viol contre l’islamologue suisse.

En outre, plusieurs autres femmes ont également signalé des agressions sexuelles qu’il aurait commises.

Le 4 novembre dernier, La Tribune de Genève avait annoncé que lorsqu’il était professeur en Suisse et qu’il enseignait le français et la philosophie à Genève entre 1984 et 2004, Tariq Ramadan aurait exercé son emprise sur des élèves.

A l’époque, celles-ci étaient encore mineures.

Par ailleurs, selon le quotidien genevois, il aurait tenté de séduire sans succès une de ses élèves de 14 ans. Néanmoins, il serait arrivé à ses fins avec trois autres, âgées de 15 à 18 ans.

En effet, parmi ces quatre femmes, trois ont avoué avoir cédé à « l’emprise psychologique » de leur professeur. Elles auraient eu des relations sexuelles avec lui. L’une à 15 ans et les deux autres à 18 ans.

La quatrième, qui avait 14 ans à l’époque, a évoqué le harcèlement auquel elle a dû faire face. De plus, une pétition avait été récemment lancée outre-Manche par une militante britannique des Droits des femmes. Elle réclamait la suspension du théologien le temps de l’enquête.

L’université d’Oxford a précisé avoir

toujours reconnu la gravité des allégations contre le professeur Ramadan. Tout en soulignant l’importance de l’impartialité et des principes de justice et de procédure régulière.

Tariq Ramadan dénonce une campagne de calomnies

Agé de 55 ans, Tariq Ramadan bénéficie d’une forte popularité dans les milieux musulmans conservateurs.

A l’inverse, il est vivement contesté, notamment dans les sphères laïques, qui voient en lui le tenant d’un islam politique. Or, face à ces accusations, le théologien de 55 ans s’est farouchement défendu. Il a dénoncé « une campagne de calomnies » sur sa page Facebook.

Ce père de quatre enfants, marié depuis plus de 30 ans à une Française convertie à l’Islam s’est dit « serein et déterminé ». Sur son compte Twitter, Tariq Ramadan a démenti « catégoriquement » ces allégations. Il a annoncé le dépôt d’une plainte contre X pour diffamation.

Publié le mercredi 8 novembre 2017 à 15:16, modifications lundi 19 février 2018 à 17:53

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !