Actualité

Prothèses PIP : Jean-Claude Mas, le fondateur de la société condamné à de la prison ferme

Jean-Claude Mas, le fondateur des prothèses PIP à l’origine de lourds problèmes médicaux apparus chez de nombreuses femmes, a été condamné pour la monstruosité de ses actes.

Lundi, la cour d’appel d’Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône a rendu son verdict concernant Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP (Poly Implant Prothèse) qui fabriquait des prothèses mammaires contre les normes sanitaires en vigueur.

Reconnu coupable de fraude aggravée et d’escroqueries contre la société allemande de certification TÜV face à laquelle il avait menti quant à la composition du gel présent dans ses prothèses, l’homme de 76 ans a été condamné à 4 ans de prison ferme. Il se voit également dans l’obligation de payer une amende de 75 000 euros, ne pourra plus gérer aucune société et a l’interdiction définitive d’exercer dans le domaine de la santé.

Cet ancien épicier faisait partie des fabricants d’implants mammaires les plus importants au monde. Il cachait cependant un secret des plus sinistres, lui qui avait pu atteindre un rang si élevé en faisant des prothèses nocives mais bien moins coûteuses que celles homologuées. C’est en 2010 que l’Agence des produits de santé fait interdire la pose des prothèses PIP à la suite de constatations alarmantes de ruptures anormales et de l’utilisation d’un gel non conforme qui, entraînant bien souvent de graves irritations, aurait engendré l’apparition de tumeurs dans les cas les plus critiques.

D’après les estimations, les prothèses PIP sont portées par 30 000 femmes en France et 300 000 dans le monde. C’est près de 7000 femmes qui se sont portées parties civiles lors du procès mais, malgré la condamnation de Jean-Claude Mas, cela ne retirera jamais le préjudice causé, ni la peur journalière dans laquelle vivent les femmes ayant porté, ou portant encore de telles prothèses qui les plongent dans l’angoisse permanente d’éventuelles complications.

Quatre anciens cadres de la société ont aussi été condamnés à des peines d’emprisonnements, quant à Jean-Claude Mas, il reste toujours en examen pour homicide et blessures involontaires ainsi que pour l’aspect financier lié à la société PIP.

Publié le mardi 3 mai 2016 à 12:37, modifications mardi 3 mai 2016 à 11:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !